Le contrôle du licenciement disciplinaire du salarié protégé
Pas de titre en anglais
par Pradel Virgile sous la direction de Pecheul Armel
Thèse de doctorat en Droit public
École doctorale Sciences Juridiques, Politiques, Economiques et de Gestion

Soutenue le Thursday 19 September 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Droit du travail
  • Inspection du travail
  • Licenciement -- Droit

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Droit du travail
Resumé
Le licenciement disciplinaire du salarié protégé est une activité sous contrôle. Elle implique d'autres acteurs que les parties au contrat. Elle ne concerne pas que l'employeur et le salarié. Le licenciement doit être autorisé par une décision préalable de l'inspection du travail. Cet acte administratif est contestable devant les juridictions administratives. Le législateur s'immisce aussi dans le processus par son pouvoir d'amnistie. Le contrôle du licenciement disciplinaire du salarié protégé mobilise toutes les forces de l'Etat et concerne les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires. Ce dispositif exceptionnel répond au besoin de protection d'une certaine catégorie de salarié. Par son activité syndicale, le salarié protégé est plus exposé au licenciement. Il n'en reste pas moins que la protection dont il dispose actuellement est déséquilibrée, surtout en matière disciplinaire. La procédure de licenciement disciplinaire du salarié protégé entraine pertes d'efficiences et violations de droits élémentaires. Elle ignore le principe de responsabilité au sein de l'entreprise, par la tolérance de fautes qui auraient pu justifier un licenciement. L'immixtion étatique dans le licenciement disciplinaire du salarié protégé s'appuie sur des mécanismes perfectibles. Il importe d'identifier les défauts majeurs de cette procédure : complexité administrative, indulgence parfois excessive face à la faute, méconnaissance de garanties procédurales élémentaires. Passé ce diagnostic, certaines pistes d'amélioration pourront être suggérées. A l'heure où les pouvoirs publics désirent créer un environnement compétitif pour les entreprises, l'optimisation du contrôle du licenciement du salarié protégé est sans doute une préoccupation d'avenir.