Mécanismes d'adaptation et de progression des maladies rénales chroniques : identification de nouvelles voies moléculaires
Mechanisms of adaptation and progession of chronic kidney diseases : identification of new molecular pathways
par Zaidan Mohamad sous la direction de Terzi Fabiola
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Tuesday 29 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Aspect moléculaire
  • Néphron
  • Rein -- Maladies
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Maladie rénale chronique, Réduction néphronique, Interféron de type I, Cellules dendritiques, Cellules tubulaires, Nécroptose, Apoptose, Prolifération cellulaire, Hyperplasie, Hypertrophie, Phase G1/S, P21, YAP, TAZ, Hippo, Podocytes, Stress mécanique
Resumé
Toute maladie rénale chronique (MRC), et ce quelle qu'en soit la cause, aboutit à une réduction néphronique, c'est-à-dire à une diminution du nombre d'unités fonctionnelles qui assurent la fonction rénale. Celle-ci se caractérise initialement par une croissance compensatrice des néphrons sains restants. Néanmoins, elle aboutit, dans certaines circonstances, à une détérioration secondaire de ces néphrons, responsable du déclin progressif de la fonction rénale. L'étude du modèle murin de réduction néphronique par néphrectomie subtotale (Nx) a permis de souligner le rôle des facteurs génétiques dans la susceptibilité de développer une MRC. En particulier, les souris FVB/N (FVB) développent une MRC précoce et sévère après Nx, à la différence des souris C57Bl/6 (B6) qui préservent l'intégrité de leur parenchyme rénal. Mon travail de thèse avait pour objectif d'identifier de nouvelles voies moléculaires impliquées dans les processus d'adaptation et de progression des MRC en réponse à la réduction néphronique. Le projet s'est articulé autour de deux axes menés en parallèle: - une approche « globale » fondée sur l'analyse temporelle et différentielle du transcriptome rénal des souches « sensibles » (FVB) et « résistantes » (B6) après Nx ; - une approche « candidate » centrée sur l'étude du rôle de YAP/TAZ au cours de la réduction néphronique. Dans un premier travail, l'analyse du profil d'expression transcriptomique rénal des souris « résistantes » et « sensibles » a permis d' identifier une signature Interféron (IFN) de type I uniquement chez les souris FVB pendant la phase de compensation rénale. Cette signature était corrélée à une expression plus importante : (i) de marqueurs des cellules dendritiques plasmacytoïdes, connues pour leur capacité à produire rapidement et en grande quantité de l'IFN de type I ; et (ii) de marqueurs de nécroptose, qui représente une mort cellulaire immunogène associée à la libération par les cellules endommagées de signaux « dangers » pouvant induire l'activation des cellules immunitaires. Nous avons également établi un parallélisme entre cette signature IFN et des perturbations de la prolifération des cellules tubulaires. En effet, il existe 2 jours après la Nx, une activation de p21 dans les cellules tubulaires et un probable blocage des cellules en prolifération à la transition G1/S. Nos résultats suggèrent que ce blocage retentit sur le taux de prolifération des cellules tubulaires et sous-tend une tendance à l'hypertrophie rénale chez les souris FVB au cours de la phase de compensation rénale. Ce premier travail a permis de souligner le lien potentiel entre des processus cellulaires et moléculaires survenant précocement après Nx, au cours de la phase de compensation rénale, et l'évolution ultérieure vers la MRC chez les souris FVB. Dans un second travail découlant de l'étude temporelle et différentielle de l'expression de YAP dans le modèle de Nx chez les souris FVB et B6, nous avons montré que l'expression nucléaire de YAP dans les podocytes était maintenue voire augmentée chez les souris « résistantes » et diminuait fortement chez les souris « sensibles » avec une corrélation entre cette expression et la sévérité des lésions glomérulaires. L'invalidation spécifique dans les podocytes de YAP, ou de son paralogue TAZ, chez des souris initialement « résistantes » a permis de mieux préciser leur rôle respectif dans l'adaptation des podocytes à la réduction néphronique. L'inactivation de YAP s'associe à : (i) l'apparition de lésions de hyalinose segmentaire et focale et de glomérulosclérose; (ii) une augmentation de l'apoptose glomérulaire ; (iii) une altération de l'architecture du cytosquelette des podocytes ; et (iv) une raréfaction podocytaire responsable d'une albuminurie et d'une détérioration de la fonction rénale. L'invalidation de TAZ n'induit pas de phénotype glomérulaire. A la différence de TAZ, YAP joue donc un rôle crucial dans l'adaptation podocytaire à la réduction néphronique.