Etude du lien spécifique entre la dysrégulation de l'attention conjointe et le développement de la communication sociale chez de jeunes enfants avec autisme
Study of a specific link between joint attention dysregulation and the development of social communication in young children with autism
par Al Halaby (Pérès) Brigitte sous la direction de Adrien Jean-Louis
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Friday 28 September 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Autisme infantile
  • Autistes -- Communication
  • Enfants atteints de troubles de l'attention
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Autisme,Dysrégulation d'attention conjointe,Communication sociale,Hétérorégulation
Resumé
Si l'étiologie de l'autisme reste mal identifiée, ce trouble est caractérisé par des déficits de la communication sociale, notamment de l'attention conjointe, une importante difficulté à comprendre autrui comme agent intentionnel, un manque d'empathie et des déficits d'imitation. Cette recherche a pour objectifs d'étudier d'une part le lien entre la dysrégulation d'attention conjointe et le développement ultérieur de la communication sociale et d'autre part l'impact d'un programme d'intervention individuelle centrée sur l'hétérorégulation de l'attention conjointe chez de jeunes enfants avec autisme. Il s'agit d'une étude à la fois longitudinale (12 mois) et transversale qui porte sur 10 jeunes enfants avec autisme appariés par âge de développement à 10 jeunes enfants avec trisomie 21 et 10 enfants tout-venants. Le développement psychologique des enfants de ces trois groupes est évalué à l'aide de tests psychométriques validés et étalonnés (Brunet-Lézine, BECS, EDEI-R). L'évaluation de la dysrégulation de l'activité d'attention conjointe et de la communication sociale est réalisée au cours de séances d'activités ludiques au moyen d'outils cliniques originaux. L'analyse comparative des résultats met en évidence une dysrégulation dans les processus d'attention conjointe (désynchronisation, persévérations, ruptures, variabilité, lenteur) contribuant au développement atypique de la communication sociale dans l'autisme notamment pour ce qui concerne la fonction directive et la production de gestes conventionnels et pourrait expliquer les difficultés des enfants avec autisme à s'adapter dans une situation sociale. Par ailleurs, l'évolution différentielle des enfants avec autisme bénéficiant de l'intervention montre que les variabilités interindividuelles dans les profils développementaux cognitifs et socio-communicatifs des enfants de notre étude correspondent aux variabilités interindividuelles de dysrégulation d'attention conjointe. Notre modèle de recherche est donc bien confirmé, et met en évidence l'intérêt de l'évaluation de la dysrégulation d'attention conjointe comme pronostic du développement de la communication sociale. Ces résultats nous incitent à proposer des interventions centrées sur l'hétérorégulation d'attention conjointe et de la communication sociale chez de jeunes enfants avec autisme.