Observance médicamenteuse chez les patients prenant un traitement au long cours
Medication adherence among patients taking long-term treatments
par Sidorkiewicz Stéphanie sous la direction de Ravaud Philippe
Thèse de doctorat en Épidémiologie
École doctorale Santé publique : épidémiologie et sciences de l'information biomédicale (Paris)

Soutenue le Monday 27 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Médicaments -- Prescription
  • Patients -- Coopération
  • Évaluation
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Observance médicamenteuse, Maladies chroniques, Approche centrée patient
Resumé
Avec le vieillissement de la population et les progrès médicaux, le nombre de patients souffrant d'une maladie chronique et devant prendre chaque jour un ou plusieurs médicaments est en augmentation. La non-observance, définie comme l'absence de concordance entre les comportements des patients et les prescriptions médicales, pose de nombreux défis aux cliniciens et aux chercheurs par sa complexité et son caractère dynamique au cours du temps.Dans un premier temps, nous avons développé un outil de mesure de l'observance médicamenteuse chez les patients prenant un traitement au long cours, en prenant en compte les différents types de comportements de non observance, médicament par médicament. La validité et fiabilité de cet instrument ont été évaluées en France, auprès de 243 patients. Dans un deuxième temps, nous avons réalisé une étude auprès de 128 binômes médecin-patient qui a mis en évidence une discordance entre l'observance médicamenteuse déclarée par les patients et l'importance des médicaments selon leur médecin traitant. Certains médicaments considérés comme importants par les médecins n'étaient pas correctement pris (situation potentiellement à risque) ; à l'inverse, certains médicaments de moindre importance étaient pris scrupuleusement, posant alors la question d'un fardeau évitable ou d'une potentielle surprescription. Dans un troisième temps, nous avons développé un outil collaboratif en ligne permettant à 544 médecins d'évaluer le seuil de non observance à partir duquel le risque encouru par le patient était inacceptable selon eux, en fonction du comportement de non observance (oubli ponctuel ou pause de plusieurs jours), et du médicament. Les estimations des médecins étaient très variables en fonction des médicaments, suggérant que les médicaments n'ont pas tous la même « tolérance à l'oubli » selon les médecins. Nos travaux ont permis de confirmer la complexité de l'observance qui ne se résume pas à une caractérisation binaire « bonne observance » ou « mauvaise observance ». Les perspectives de ces travaux seront le développement d'un outil de mesure en ligne inspiré de notre premier travail, ainsi que la comparaison des données de notre troisième travail avec des données d'observance. Une réflexion pour favoriser la discussion entre médecins et patients reste nécessaire, avec pour objectif une observance « optimale » et non forcément « parfaite », tenant compte des difficultés rencontrées par les patients.