Rôle des cellules myéloïdes et lymphoïdes dans le remodelage cardiaque post-ischémique
Role of myeloid and lymphoid cells in cardiac post-ischaemic remodelling
par Pinto Cristina sous la direction de Silvestre Jean-Sébastien
Thèse de doctorat en Pathologie cardio-vasculaire
École doctorale Hématologie, Oncogenèse et Biothérapies

Soutenue le Thursday 23 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Infarctus du myocarde
  • Lymphocytes
  • Maladies -- Aspect moléculaire
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Infarctus du myocarde, MicroARN, Lymphocytes, Facteur d'hypoxie, Monocytes, Macrophages, Efferocytose
Resumé
Après un infarctus, les acteurs de l'immunité innée et adaptative contrôlent le remodelage et la fonction cardiaque. Dans un premier travail, nous nous sommes intéressés aux mécanismes moléculaires définissant le rôle des monocytes et des macrophages, composants majeurs de l'immunité innée. En particulier, nous avons analysé le rôle de deux récepteurs MertK (myeloid-epithelial-reproductive receptor tyrosine kinase) et Mfge8 (milk fat globule epidermal growth factor-like factor 8), susceptibles d'être impliqués dans la reconnaissance des débris cellulaires peuplant la zone infarcie. L'invalidation de MertK et Mfge8 in vivo chez la souris augmente l'accumulation des cellules apoptotiques, aggrave la fibrose et accroit la taille de l'infarctus par rapport aux souris contrôles. De plus, l'expression du facteur pro-angiogenique VEGF-A, est significativement réduite 3 jours post-infarctus chez les souris chimères Mertk-/-Mfge8-/- par rapport aux animaux contrôles. Enfin, l'invalidation de l'expression de VEGF-A dans les cellules myéloides augmente la fibrose et la taille de l'infarctus et diminue la fonction cardiaque. Ainsi, la reconnaissance des débris cellulaires par Mertk et Mfge8 promeut la libération de VEGF-A par les monocytes et macrophages et participe à la restauration de la densité capillaire et de la fonction cardiaque post-infarctus. Dans un deuxième travail, nous avons abordé les voies de signalisation intracellulaires sous-tendant les effets d'un acteur majeur de l'immunité adaptative, le lymphocyte B. Après un infarctus, les lymphocytes B libèrent la chimiokine Ccl7, qui en se fixant sur son récepteur CCR2, déclenche une mobilisation des monocytes inflammatoires de la moelle osseuse vers le sang puis leur recrutement délétère dans la zone infarcie. Nous avons notamment montré que des activateurs des lymphocytes B, comme des stimuli inflammatoires, stimulent la libération de Ccl7, en partie en initiant des voies de signalisation intracellulaires dépendantes du micro-RNA (miR)21. L'administration exogène de lymphocytes B déficients pour miR-21 améliore d'ailleurs la fonction et le remodelage cardiaque post-infarctus chez des souris immunodéficientes. miR21 cible le gène suppresseur de tumeur PTEN et ainsi augmente l'expression du facteur de transcription HIF1α. De fait, l'analyse par échocardiographie effectuée 14 jours après l'induction de l'infarctus montre une amélioration de la fonction cardiaque ainsi qu'une diminution de la taille de l'infarctus et de la fibrose interstitielle chez les souris invalidées pour HIF1α spécifiquement dans les lymphocytes B par rapport aux contrôles. Les taux de la chimiokine CCL7 dans le plasma de ces souris sont aussi significativement réduits à J1 et J3 post infarctus ; ainsi que la mobilisation et le recrutement monocytaire. Il apparaît donc que la voie de signalisation impliquant miR21/HIF1α conditionne l'effet délétère des lymphocytes B dans un contexte d'infarctus aigu du myocarde. Ces travaux ont permis de révéler des facteurs majeurs de la régulation fine de la réaction inflammatoire post-ischémique, et de souligner l'efficacité potentielle de stratégies thérapeutiques modulant l'activité des cellules immunitaires dans le décours des pathologies cardiaques.