Essais randomisés conduits en Afrique subsaharienne : épidémiologie, méthodologie et description des interventions
Randomised controlled trials performed in sub-saharan Africa : epidemiology, methodology and interventions description
par Ndounga Diakou Lee Aymar sous la direction de Boutron Isabelle et de Ntoumi Francine
Thèse de doctorat en Épidémiologie
École doctorale Santé publique : épidémiologie et sciences de l'information biomédicale (Paris)

Soutenue le Friday 17 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Afrique subsaharienne
  • Aspect médical
  • Méthodologie
  • Population
  • Épidémies
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Afrique Sub-saharienne, Essai contrôlé randomisé, Épidémiologie, Risque de biais, Reporting, Gâchis de la recherche
Resumé
L'Afrique sub-saharienne (SSA) se caractérise par une croissance démographique rapide et une pauvreté notoire. Cette région du monde fait face à une charge de morbidité causée à la fois par les maladies infectieuses traditionnelles et par l'émergence des maladies chroniques. Les essais contrôlés randomisés (ECR) prenant en compte le contexte local sont nécessaires pour renforcer les politiques de santé publique et améliorer l'état de santé des populations. Toutefois à cause des capacités limitées de recherche, les ECR conduits en ASS doivent répondre à des questions prioritaires, les biais (erreurs systématiques) doivent être évités dans les méthodes, et les interventions de santé évaluées doivent être décrites de manière pour faciliter leur implémentation dans la pratique clinique courante. Ces mesures permettent d'éviter le « gâchis de la recherche ». Nos objectifs étaient de décrire l'épidémiologie des ECR conduits en ASS, et d'évaluer la qualité méthodologique (risque de biais) ainsi que le « reporting » des interventions évaluées. Nos travaux ont montré d'une part qu'en ASS, les ECR portent fréquemment sur les maladies à forte morbi-mortalité dans cette région ; mais que les financements des recherches effectuées proviennent surtout des pays à haut revenu (Europe occidentale et Amérique du Nord), et que les auteurs correspondants sont majoritairement affiliés aux institutions des pays à haut revenu. D'autre part, nous avons montré que les méthodes à haut risque de biais peuvent être évitées au moyen d'ajustements méthodologiques simples au coût mineur. L'amélioration de la qualité méthodologique des ECR conduits en ASS implique une large diffusion des méthodes à faible risque de biais ainsi que celle des recommandations pour la description complète des interventions. En outre, une compréhension des barrières et des facilitateurs à l'adhérence à ces méthodes et à ces recommandations est également nécessaire.