Water as a driver of evolution : the example of aquatic snakes
L'eau, un moteur de l'évolution : exemple des serpents aquatiques
par Segall Marion sous la direction de Herrel Anthony et de Godoy Diana Ramiro
Thèse de doctorat en Interdisciplinaire
École doctorale Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant

Soutenue le Friday 10 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Effets de l'eau
  • Hydrodynamique
  • Morphologie (biologie)
  • Serpents

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Retour à la vie aquatique, Contraintes hydrodynamiques, Pression de sélection, Serpents, Morphologie, Capture de proie
Resumé
L'environnement dans lequel les espèces animales vivent joue un rôle important dans leur évolution. Les contraintes physiques sont particulièrement intéressantes car elles induisent souvent une pression évolutive qui pousse les espèces, même éloignées, à développer des réponses adaptatives similaires. Les contraintes physiques liées à la vie en milieu aquatique ont un impact important sur les trajectoires évolutives des espèces et notamment sur leur comportement et leur morphologie. De nombreux cas de convergences ont été démontrés, comme l'évolution d'une forme profilée chez les poissons, les mammifères marins et certains oiseaux aquatiques. Ces contraintes, appelées contraintes hydrodynamiques, sont particulièrement présentes lors de la réalisation d'un mouvement. On peut caractériser deux contraintes principales : la trainée et la masse ajoutée. La trainée est la résistance que le fluide oppose au mouvement de l'animal. La masse ajoutée elle, est la masse d'eau déplacée lorsque le corps se met en mouvement donc lors d'une accélération. Ces contraintes sont particulièrement présentes lors de la capture d'une proie dans l'eau. Ainsi, beaucoup d'animaux aquatiques ont développé un système de succion qui leur permet d'aspirer leur proie afin de limiter ces contraintes. Cependant, certains animaux, comme les serpents, ne peuvent pas développer ce type d'adaptation. Pourtant, plus de 200 espèces de serpents attrapent des proies dans l'eau. A travers ce travail, nous nous intéressons aux stratégies adaptatives développées par les serpents aquatiques afin de devenir de performants prédateurs. Deux hypothèses sont explorées : l'adaptation morphologique de la tête des serpents ainsi qu'une adaptation comportementale qui permettraient de réduire les contraintes hydrodynamiques. Des analyses morphologique et comportementale sont réalisées sur plusieurs espèces de serpents aquatiques afin de tester ces hypothèses. Les contraintes associées aux différentes formes de tête et comportements mis en évidence sont caractérisées à l'aide d'expériences d'hydrodynamique. L'interdisciplinarité qui est le cœur de ce manuscrit permet d'apporter un regard nouveau sur ces questions qui intriguent tant les biologistes que les physiciens.