Modélisation du système complexe de la publication scientifique
Modeling the complex system of scientific publication
par Kovanis Michail sous la direction de Porcher Raphaël
Thèse de doctorat en Épidémiologie
École doctorale Santé publique : épidémiologie et sciences de l'information biomédicale (Paris)

Soutenue le Monday 02 October 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Sciences -- Documentation
  • Édition scientifique

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Évaluation par les pairs, Systèmes complexes, Modélisation par agents
Resumé
Le système d'évaluation par les pairs est le gold standard de la publication scientifique. Ce système a deux objectifs: d'une part filtrer les articles scientifiques erronés ou non pertinents et d'autre part améliorer la qualité de ceux jugés dignes de publication. Le rôle des revues scientifiques et des rédacteurs en chef est de veiller à ce que des connaissances scientifiques valides soient diffusées auprès des scientifiques concernés et du public. Cependant, le système d'évaluation par les pairs a récemment été critiqué comme étant intenable sur le long terme, inefficace et cause de délais de publication des résultats scientifiques. Dans ce projet de doctorat, j'ai utilisé une modélisation par systèmes complexes pour étudier le comportement macroscopique des systèmes de publication et d'évaluation par les pairs. Dans un premier projet, j'ai modélisé des données empiriques provenant de diverses sources comme Pubmed et Publons pour évaluer la viabilité du système. Je montre que l'offre dépasse de 15% à 249% la demande d'évaluation par les pairs et, par conséquent, le système est durable en termes de volume. Cependant, 20% des chercheurs effectuent 69% à 94% des revues d'articles, ce qui souligne un déséquilibre significatif en termes d'efforts de la communauté scientifique. Les résultats ont permis de réfuter la croyance largement répandue selon laquelle la demande d'évaluation par les pairs dépasse largement l'offre mais ont montré que la majorité des chercheurs ne contribue pas réellement au processus. Dans mon deuxième projet, j'ai développé un modèle par agents à grande échelle qui imite le comportement du système classique d'évaluation par les pairs, et que j'ai calibré avec des données empiriques du domaine biomédical. En utilisant ce modèle comme base pour mon troisième projet, j'ai modélisé cinq systèmes alternatifs d'évaluation par les pairs et évalué leurs performances par rapport au système conventionnel en termes d'efficacité de la revue, de temps passé à évaluer des manuscrits et de diffusion de l'information scientifique. Dans mes simulations, les deux systèmes alternatifs dans lesquels les scientifiques partagent les commentaires sur leurs manuscrits rejetés avec les éditeurs du prochain journal auquel ils les soumettent ont des performances similaires au système classique en termes d'efficacité de la revue. Le temps total consacré par la communauté scientifique à l'évaluation des articles est cependant réduit d'environ 63%. En ce qui concerne la dissémination scientifique, le temps total de la première soumission jusqu'à la publication est diminué d'environ 47% et ces systèmes permettent de diffuser entre 10% et 36% plus d'informations scientifiques que le système conventionnel. Enfin, le modèle par agents développé peut être utilisé pour simuler d'autres systèmes d'évaluation par les pairs ou des interventions, pour ainsi déterminer les interventions ou modifications les plus prometteuses qui pourraient être ensuite testées par des études expérimentales en vie réelle.