Toward the identification of cancer/placenta epigenetic switches
Vers l'identification d'interrupteurs épigénétiques cancer/placenta
par Nordor Akpéli sous la direction de Bellet Dominique
Thèse de doctorat en Biologie interdisciplinaire
École doctorale Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant

Soutenue le Tuesday 22 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Cancer -- Recherche
  • Cellules cancéreuses
  • Placenta
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Cancer, Placenta, Grossesse, Trophoblastes, Épigénétique, Épigénomique, Bioinformatique, Méthylation de l'ADN, Hypométhylation
Resumé
Les cellules placentaires portent un génome différent du génome maternel, puisque 50% de leurs gènes proviennent du génome paternel. Cependant, comme les cellules cancéreuses après la transformation néoplasique, elles réussissent à envahir les tissus de leur hôte, échapper à son système immunitaire et induire une angiogenèse afin d'établir la grossesse. Les cellules cancéreuses et placentaires arborent aussi une différence majeure : alors que de tels mécanismes typiques des cancers sont incontrôlés dans les cellules cancéreuses, ils sont spatialement et temporairement contrôlés dans les cellules placentaires saines. Ainsi, le recherche sur le « concept cancer/placenta » - l'utilisation du placenta pour mieux comprendre le cancer - peut aboutir à l'identification de biomarqueurs et d'approches thérapeutiques innovantes en oncologie, tout comme en gynécologie-obstétrique. Par exemple, les efforts de recherche portant sur l'expression des gènes CGB, codant pour la sous-unité ß de l'hormone chorionique gonadotrope humaine, dans les cellules cancéreuses et placentaires a mené au développement d'un biomarqueur largement utilisé pour la prise en charge de multiples cancers. Il est aussi intéressant de noter que ce même biomarqueur est aussi utilisé pour le dépistage d'aneuploïdies fœtales. De même, le clonage d'INSL4, codant pour le précurseur du peptide placentaire précoce ressemblant à l'insuline (pro-EPIL), dans des cellulaires placentaires précoces, a mené au développement d'un biomarqueur faisant actuellement l'objet d'études cliniques. Avec l'émergence de l'épigénétique, des études de la méthylation de l'ADN, la caractéristique épigénétique la mieux comprise, ont montré que les loci de gènes CGB et INSL4 sont hypométhylés dans les cellules cancéreuses et placentaires ; ce qui pourrait refléter l'hypométhylation globale caractéristique de ces deux types cellulaires. Par conséquent, le projet doctoral présenté dans cette thèse a exploré les modifications des paysages épigénétiques des cellules placentaires au cours de la grossesse et des cellules cancéreuses au cours de la transformation néoplasique. Ce projet a contribué initialement au développement d'un test d'immunoanalyse qui détecte l'hCGß de type II, spécialement codée par un sous-groupe de gènes CGB et détectée dans le sérum de patients atteints de cancers non-placentaires et de trisomie 21 fœtale. Ce test d'immunoanalyse, avec un test similaire développé pour la détection de pro-EPIL, a aussi été utilisé pour des études de preuve de concept précoces quant à l'effet de la méthylation de l'ADN sur l'expression de l'hCGß de type II et de pro-EPIL dans des surnageants de culture cellulaire. En fin de compte, ce projet a mené à la première comparaison directe et pan-génomique de la méthylation de l'ADN dans des cellules cancéreuses au cours de la transformation néoplasique et dans des cellulaires placentaires au cours de la grossesse. Cette étude a porté sur des données, disponibles publiquement, générées à partir de biopsies de 13 types de tumeurs, de villosités choriales (tissus placentaires) et d'autres tissus sains. Elle a également porté sur des données originales générées par nos soins à partir d'échantillons placentaires uniques : des cellules cytotrophoblastiques isolées de villosités choriales ex vivo. Toutes les données inclus dans cette étude ont été générées sur une plateforme de puces à ADN pour la mesure de la méthylation au niveau de 485 512 sites CpG pour chaque échantillon. En combinant, des logiciels innovants reposant sur la puissance d'algorithmes de lissage statistique et sur un solide rationnel biologique, cette étude a ainsi contribué à l'identification de motifs d'hypométhylation à l'échelle du mégabase distinguant les cellules placentaires du début de la grossesse de celles de la fin de la grossesse tout comme ils distinguent les cellules cancéreuses des cellules normales. (...)