Weaving an ambiguous lexicon
Construire un lexique ambigu
par Dautriche Isabelle sous la direction de Christophe Anne
Thèse de doctorat en Sciences cognitives
École doctorale Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant

Soutenue le Friday 18 September 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Homonymes
  • Langage -- Acquisition
  • Psycholinguistique
  • Vocabulaire
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Acquisition du langage, Psycholinguistique, Lexique, Design lexical, Homophonie, Paires minimales
Resumé
Il y a (au moins) deux questions fondamentales que l'on est amené à se poser lorsqu'on étudie le langage: comment acquiert-on le langage? ¿le problème d'apprentissage ¿et pourquoi les langues du monde partagent certaines propriétés mais pas d'autres? ¿le problème typologique. Dans cette thèse, j'entreprends de relier ces deux domaines en me focalisant sur le lexique, l'ensemble des mots de notre langue et leur sens associés, en posant les questions suivantes: pourquoi le lexique est-il tel qu'il est? Et est-ce que les propriétés du lexique peuvent être (en partie) expliquées par la façon dont les enfants apprennent leur langue? Un des aspects les plus frappants du lexique est que les mots que nous utilisons sont ambigus et peuvent être confondus facilement avec d'autres. En effet, les mots peuvent avoir plusieurs sens (par exemple, les homophones) et sont représentés par un ensemble limité de sons qui augmentent la possibilité qu'ils soient confondus (par exemple, les paires minimales). L'existence de ces mots semble présenter un problème pour les enfants qui apprennent leur langue car il a été montré qu'ils ont des difficultés à apprendre des mots dont les formes sonores sont proches et qu'ils résistent à l'apprentissage des mots ayant plusieurs sens. En combinant une approche computationnelle et expérimentale, je montre, quantitativement, que les mots du lexique sont, en effet, plus similaires que ce qui serait attendu par chance, et expérimentalement, que les enfants n'ont aucun problème à apprendre ces mots à la condition qu'ils apparaissent dans des contextes suffisamment distincts. Enfin, je propose que l'étude des mots ambigus permet de révéler des éléments importants du mécanisme d'apprentissage du langage qui sont actuellement absents des théories actuelles. Cet ensemble d'études suggère que les mots ambigus et les mots similaires, bien que présents dans le langage, n'apparaissent pas arbitrairement dans le langage et que leur organisation reflète (en partie) la façon dont les enfants apprennent leur langue.