Développement et contrôle cognitifs : généralité et automatisation des processus inhibiteurs
Cognitive control and development : generality and automatization of the inhibitory processes
par Linzarini Adriano sous la direction de Houdé Olivier et de Borst Grégoire
Thèse de doctorat en Neurosciences cognitives
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Friday 17 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Constructivisme (psychologie)
  • Test de Stroop
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Contrôle inhibiteur, Inhibition, Développement, Transférabilité, Généralité, Spécificité, Stroop, Conscience, Gyrus frontal inférieur
Resumé
L'objectif de cette thèse a été d'investiguer la question de la généralité et de l'automatisation des processus de contrôle inhibiteur au fil du développement cognitif. Cette question a été approchée par différentes études expérimentales menées chez l'enfant, chez l'adolescent et chez l'adulte. Trois études ont porté sur la généralité des processus de contrôle inhibiteur agissant dans des tâches appartenant à des domaines cognitifs différents. Dans la première, nous avons voulu répondre à deux problématiques liées aux divergences présentes dans la littérature sur le développement du contrôle inhibiteur dans des contextes émotionnels. Le but de cette étude était de déterminer (a) si le contrôle inhibiteur froid (dans des contextes affectivement neutres) et le contrôle inhibiteur chaud (dans des contextes émotionnellement chargés) suivent un pattern développemental identique, particulièrement à l'adolescence et (b) le degré de spécificité de ces deux types de contrôle inhibiteur au fil du développement. Pour cela, nous avons comparé les performances d'enfants de 10 ans, d'adolescents de 13 ans et de jeunes adultes de 21 ans à une tâche de Stroop couleur-mot affectivement neutre et une tâche de Stroop émotionnel. Dans une deuxième étude, nous avons testé auprès d'un groupe d'enfants de 9 ans si les processus inhibiteurs impliqués dans une tâche classique piagétienne de conservation du nombre (i.e., domaine logico-mathématique) étaient identiques ou partiellement identiques à ceux impliqués dans la résolution de la tâche neuropsychologique classique de Stroop couleur-mot (i.e., domaine verbal). Dans une troisième étude, nous avons testé auprès d'un groupe d'enfants de 10 ans et d'un groupe de jeunes adultes de 20 ans la transférabilité des processus inhibiteurs entre une tâche de discrimination de lettres en miroir (dont il a récemment été démontré qu'elle nécessite l'inhibition) et une tâche classique de Stroop couleur-mot, afin de déterminer (a) si la mise en place de mécanismes inhibiteurs impliqués dans la résolution d'un conflit à un niveau perceptif très précoce (la reconnaissance visuelle de symboles) peut faciliter la résolution d'un conflit à un niveau de traitement beaucoup plus tardif (niveau sémantique et moteur), et (b) si l'âge affecte cette transférabilité. Ensuite nous nous sommes intéressés à l'automaticité des processus de contrôle inhibiteur, testant si le contrôle inhibiteur peut fonctionner de manière totalement inconsciente sur des conflits provoqués par deux stimuli subliminaux interférents. Pour cela, nous avons conçu un paradigme d'amorçage composé d'essais dans lesquels un item de Stroop inversé subliminal précédait un item de Stroop visible. Le but de ce paradigme était de vérifier la présence d'un effet d'adaptation de conflit et d'un effet d'amorçage négatif du stimulus subliminal sur le stimulus visible, deux effets rapportés dans les études utilisant des stimuli visibles et suggérant un transfert des processus de contrôle de l'amorce à la cible. Enfin dans une cinquième étude nous avons cherché à savoir si les différences interindividuelles en termes de contrôle inhibiteur découlent en partie des processus prénataux, sur base de l'analyse de la forme sulcale du cortex, considérée comme une caractéristique qualitative de l'anatomie cérébrale déterminée pendant la vie fœtale et stable au cours du développement. En utilisant l'imagerie par résonance magnétique anatomique, nous avons analysé les corrélations entre les performances à une tâche de Stroop couleur-mot et la forme sulcale de deux régions clefs du réseau neuronal du contrôle inhibiteur, le cortex cingulaire antérieur dorsal et le sillon frontal inférieur (qui limite le gyrus frontal inférieur), chez un groupe d'enfants de 10 ans et un groupe d'adultes de 22 ans. En conclusion, cette thèse apporte un nouvel éclairage à la question de la généralité et de l'automatisation des processus d'inhibition exécutive dans une perspective développeme