Investigation of speech processing in frequency regions where absolute thresholds are normal for hearing-impaired listeners
Etude du traitement de la parole dans des régions fréquentielles au sein desquelles les seuils absolus sont normaux pour des auditeurs malentendants
par Léger Agnès sous la direction de Lorenzi Christian et de Moore Brian C. J.
Thèse de doctorat en Sciences cognitives
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Friday 30 November 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Perception auditive, Troubles de la
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Audition,Malentendance,Audibilité,Déficits supra-liminaires,Résolution spectrale,Lissage spectral,Sensibilité à la structure temporelle
Resumé
Une perte auditive neurosensorielle est généralement associée à uneréduction de l'intelligibilité de la parole, et ce tout particulièrement dans le bruit.Les contributions respectives d'une réduction de l'audibilité et de déficitssupraliminaires sont encore débattues.L'objectif principal de cette thèse était d'évaluer l'effet spécifique desdéficits supraliminaires sur l'intelligibilité de la parole. L'effet de l'audibilité étaitcontrôlé en mesurant l'intelligibilité de signaux de parole sans signification filtrésdans les régions basses et moyennes fréquences au sein desquelles la détection desons purs était normale chez des auditeurs malentendants présentant par ailleursune perte auditive en hautes fréquences. Dans ces régions fréquentielles oùl'audibilité est supposée normale, des déficits d'intelligibilité de la parole légers àsévères ont été observés dans le silence comme dans le bruit chez les auditeursmalentendants. Les déficits étaient similaires dans les bruits masquantstationnaires et fluctuants. Ces résultats démontrent l'influence des déficitsauditifs supraliminaires sur l'intelligibilité de la parole.Le second objectif de cette thèse était d'étudier l'origine de ces déficitssupraliminaires. Les résultats indiquent qu'une réduction de la sélectivitéfréquentielle cochléaire ne peut pas expliquer entièrement les déficitsd'intelligibilité de la parole des auditeurs malentendants. L'influence de lasensibilité à la structure temporelle fine reste incertaine