L'anxiété spécifique à la grossesse : une entité clinique distincte ? : étude prospective et longitudinale comparée de l'évolution, de l'intensité, des facteurs de risque, des corrélats associés et de la prédiction de l'humeur maternelle postnatale
Pregnancy-specific anxiety : a distinct clinical entity? : prospective and longitudinal comparative study of its progression, intensity, risk factors, associated correlates and effects on post-natal maternal mood
par Reeves Nicole sous la direction de Wendland Jaqueline
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Monday 13 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Anxiété
  • Chez la femme enceinte
  • Mères et enfants

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Anxiété prénatale, Anxiété spécifique à la grossesse, Style d'attachement, Facteurs de risque, Variables obstétricales
Resumé
Les effets délétères de l'anxiété sur le cours de la grossesse, le fœtus, l'enfant et la mère sont bien documentés. Toutefois, la notion d'anxiété prénatale demeure sujette à débats quant à sa définition et à son évaluation. Des études empiriques récentes suggèrent que l'anxiété spécifique à la grossesse (ASG) est une entité clinique distincte. L'objectif principal de cette thèse était de contribuer à éclaircir cette question. Les objectifs spécifiques étaient de : a) explorer l'ASG d'un point de vue qualitatif ; b) comparer sa fréquence, son intensité, son évolution ainsi que celles des 5 facteurs qui la composent avec l'anxiété générale (AG) ; c) identifier ses facteurs de risque, de protection et ses corrélats associés; d) étudier sa capacité à prédire l'humeur maternelle post-natale. Cette thèse est constituée de deux volets : un qualitatif et un quantitatif plus important. Dans un premier temps, des entretiens ont été menés auprès de 11 femmes enceintes à chaque trimestre de grossesse afin de constituer le matériel qualitatif. Par la suite, les données quantitatives ont été récoltées auprès de 155 femmes enceintes, dès leur premier trimestre de grossesses (8-14 semaines d'aménorrhée), recrutées au département d'obstétrique du CHU de Montréal, Canada. Elles ont complété un formulaire de consentement et d'informations sociodémographiques et obstétricales, des mesures du style d'attachement (RSQ), de l'ajustement conjugal (R-DAS), de soutien social (SSQ6), de dépression (EPDS), d'ASG (PRAQ) et d'AG (STAI-Y). Les mesures d'AG, d'ASG et de dépression ont été répétées aux trimestres 2 (n=126) et 3 (n=120) et les mesures d'AG et de dépression ont aussi été récoltées quelques semaines après l'accouchement (n=110). La thèse est présentée en trois articles. Le premier consiste en une revue de la littérature au sujet du style d'attachement comme facteur de risque de l'ASG, une notion encore faiblement étayée par des études empiriques. On constate toutefois que la théorie de l'attachement offre un cadre prometteur pour comprendre l'ASG. Le deuxième article décrit les résultats du volet qualitatif. Il appert de cette étude que les craintes de perte et, à l'opposé, d'envahissement, liées à l'expérience corporelle, contribuent à donner à l'anxiété prénatale son caractère spécifique. De plus, les mécanismes d'adaptation privilégiés sont centrés sur l'émotion, plutôt que sur la résolution de problèmes. Quant au volet quantitatif, les résultats révèlent que l'AG et l'ASG apportent des informations distinctes au niveau de la symptomatologie, qu'elles évoluent différemment, que les facteurs de protection et de risque, tout comme les corrélats associés (ajustement conjugal, soutien social, style d'attachement, niveau de risque obstétrical, statut de parité, perte fœtale antérieure), les distinguent en partie. Le troisième article a mis en évidence qu'un style d'attachement préoccupé est un prédicteur significatif de l'AG et de l'ASG à chaque trimestre de grossesse. Des analyses complémentaires ont pointé des différences importantes entre les 5 facteurs de l'ASG. Ainsi, le facteur 4 de l'ASG, « peur des changements », est le seul qui contribue à la prédiction de l'humeur maternelle post-natale et qui ne soit associé à aucune des variables obstétricales étudiées. Ces résultats contribuent à documenter le fait que l'ASG est une entité clinique distincte. L'étude des 5 facteurs de l'ASG soulève la question de l'ASG comme entité distincte unitaire ou comme entité multidimensionnelle. Nos travaux suggèrent aussi que les 5 facteurs peuvent être regroupés en deux grands types de craintes : celles reliées aux variables obstétricales (peur pour l'intégrité du bébé, peur d'accoucher) et les préoccupations de nature identitaire et relationnelle durant la grossesse et après l'accouchement. Ces constats sont discutés en termes d'accompagnement des femmes enceintes, de collaboration au sein des équipes et de stratégies thérapeutiques appropriées