Sur l'identité personnelle : transmission et traumatisme à partir de la guerre du Liban (1975-1990/1991)
On the personal identity : transmission and trauma from the Lebanese war (1975-1990/91)
par Kobersy Berthe sous la direction de Konicheckis Alberto
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Wednesday 30 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Identité (psychologie)
  • Transmission intergénérationnelle
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Transmission inter-transgénérationnelle, Traumatisme psychique, Violence, Négatif-énigmatique, Identité-narcissisme, Guerre
Resumé
Comment ce qui s'est produit à une génération précédente est fondateur de l'identité subjective à la génération suivante ? Plus spécifiquement, comment la guerre du Liban (1975-1990/91), vécue par les parents, peut être constructive ou désorganisatrice du sujet (enfant) dans sa singularité ? La transmission psychique est inévitable et fondatrice de l'identité subjective. L'étude des éléments psychiques, relevant de cette expérience violente passée, vécue par la génération précédente, permet de comprendre la participation des processus psychiques générationnels à la formation de l'identité singulière, facilitant ou entravant le travail psychique à la génération suivante. Nos hypothèses envisagent la transmission dans la relation entre le père et le fils, à partir de l'exploration des processus d'identification et de conflictualité dans le lien père-fils, de la part négative (voire traumatique) du contenu transmis et des investissements narcissiques établis entre le père et le fils. Des entretiens de recherche ont été réalisés auprès de dix familles, dont le père était un combattant pendant la guerre, ayant des enfants (garçons, adolescents). L'objectif principal est d'interroger les effets psychiques de la guerre sur le père combattant et le vécu subjectif de l'enfant, examinant les traces de l'expérience violente vécue par le père chez l'enfant. L'analyse des processus en jeu dans le lien père-fils montre des caractéristiques de transmission différentes relatives à chaque lien étudié, et des mouvements généraux de transmission. Une étude plus approfondie de trois cas accentue, principalement, trois aspects de transmission : la violence, l'énigmatique et le narcissique. Ce travail rend compte : - de la part active et créative de l'individu dans l'élaboration de ce qui est transmis à partir de la guerre du Liban ; - des fonctions intrusive et aliénante de la transmission, par rapport à des fonctions constructive et créatrice ; - de la fonction fondatrice du collectif au niveau individuel. Dans le contexte du Liban, il s'agit, principalement, d'une transmission idéologique violente de la guerre, qui paraît être un détournement de la conflictualité oedipienne et intrapsychique.