Surveillance des maladies infectieuses à partir des ventes de médicaments en pharmacies
Surveillance of infectious diseases using drug sales data in pharmacies
par Pivette Mathilde sous la direction de Bar-Hen Avner
Thèse de doctorat en Epidémiologie
École doctorale Santé publique

Soutenue le Tuesday 29 September 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Maladies infectieuses
  • Médicaments -- Usage
  • Pharmacies d'officine
  • Santé publique -- Enquêtes

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Surveillance, Ventes de médicaments, Maladies infectieuses, Détection d'épidémies, Pharmacies, France métropolitaine
Resumé
Le suivi des ventes de médicaments en pharmacies est un outil de surveillance qui s'est développé au début des années 2000 pour la surveillance des maladies infectieuses et la détection d'épidémies. Ces données présentent en effet de nombreux avantages pour la surveillance de par le volume important, l'exhaustivité et la rapidité d'obtention des données collectées de façon automatique. L'objectif de cette thèse était de déterminer l'intérêt du suivi des ventes de médicaments pour la surveillance et la prévention des maladies infectieuses en France. Les données de ventes analysées dans cette thèse sont issues d'un échantillon de 3004 pharmacies en France Métropolitaine, développé par la société Celtipharm. Trois axes de recherche ont été développés dans cette thèse : Nous avons tout d'abord réalisé une revue systématique de la littérature sur la surveillance des maladies infectieuses à partir des ventes de médicaments. Vingt-sept articles ont été analysés et les résultats montrent que le suivi des ventes de médicaments est un outil valide pour la surveillance et la détection de la gastro-entérite et de la grippe. De plus, les médicaments achetés sans ordonnance ont le potentiel d'émettre une alerte plus précoce que les systèmes de surveillance traditionnels. Des études pourraient être développées pour la surveillance d'autres maladies infectieuses. Notre deuxième étude avait pour objectif d'évaluer l'intérêt du suivi des ventes de médicaments pour la détection des épidémies saisonnière de gastro-entérites en France. Les ventes de médicaments indiqués en cas de gastro-entérite ont été comparées au nombre de cas vus en consultation entre 2008 et 2013. La méthode de Serfling a été utilisée pour détecter les périodes épidémiques. Les cinq épidémies saisonnières ont pu être détectées à partir des ventes de médicaments, sans fausse alerte. De plus, les médicaments non-prescrits ont permis une détection précoce des épidémies, en moyenne 2,25 semaines plus tôt que les données de référence. La troisième étude a porté sur l'estimation de la couverture vaccinale (CV) contre la grippe et le rotavirus à partir des ventes de vaccins en pharmacies. Nous avons pu estimer la couverture vaccinale grippe chez l'ensemble de la population, et avons développé une méthode pour estimer en temps-réel la CV dans la population cible des plus de 65 ans. Il n'existe actuellement pas d'estimation de la CV rotavirus en France car le vaccin n'est pas remboursé, et nos analyses ont permis d'apporter une information sur cette couverture depuis 2008. Les études développées dans cette thèse ont permis de démontrer que le suivi des ventes de médicaments était un outil valide et utile pour la surveillance des maladies infectieuses. Ses intérêts principaux résident dans la rapidité d'obtention des données qui offre la possibilité de déclencher rapidement une alerte et l'obtention de données de ventes de médicaments non-remboursés qui permettent d'avoir des informations sur des pathologies légères ou les premiers symptômes de maladies.