Mobilité internationale pour études et mobilité sociale : trajectoires scolaires et socioprofessionnelles des étudiants maliens dans l'enseignement supérieur en France et au Maroc
International student mobility and social mobility : educational, professional and social trajectories of Malian students in French and Moroccan higher education
par Toure Niandou sous la direction de Gérard Étienne
Thèse de doctorat en Sociologie
ED SHS (doublon ECD_ID=1)

Soutenue le Friday 06 October 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • France
  • Maliens
  • Maroc
  • Mobilité sociale
  • Étudiants -- Mobilité

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Mobilité internationale pour études, Inégalités scolaires, Capital social, Trajectoires scolaires, Enseignement supérieur, Mali, France, Maroc
Resumé
Cette recherche analyse la dimension sociale de la mobilité pour études des Maliens en France et au Maroc. Face à un système d'enseignement supérieur à l'offre pédagogique et aux capacités d'accueil limitées, nombre d'étudiants maliens voient en la mobilité une échappatoire. En outre, ceux qui partent perpétuent une pratique de formation à l'étranger consubstantielle à la formation des élites maliennes au XXe siècle. Des acteurs institutionnels facilitent la mobilité étudiante. L'État, d'une part, à travers les bourses de mérite qu'il met en place, et par les nouveaux établissements privés, au Maroc notamment, qui adaptent leur offre de formation à la demande provenant des pays d'Afrique subsaharienne. Nous questionnons la manière dont la mobilité géographique participe d'une stratégie de mobilité sociale, puis démontrons comment les inégalités du champ scolaire malien, fondées sur les disparités de capitaux économique, culturel et social, façonnent les inégalités d'accès à la mobilité. Toutefois, ces dernières sont contournées par la mobilisation des « liens faibles », dont la parenté élargie, par les étudiants socialement défavorisés. Le rôle de ces réseaux apparaît crucial dans la mobilité pour études, comme l'attestent les parcours des étudiants défavorisés dont la réussite professionnelle et sociale est souvent comparable à celle des étudiants issus des élites politiques, économiques et religieuses. Les trajectoires d'insertion professionnelle des diplômés maliens de France et du Maroc mettent enfin en évidence le rôle clé de la mobilité internationale pour études supérieures, en complément de la scolarité au Mali : gage d'un accès au statut d'élite, au Mali, pour le plus grand nombre, une telle mobilité internationale apparaît comme un facteur de transformation des hiérarchies sociales.