L'évaluation de la compréhension de textes narratifs en fin d'école primaire
Narrative text comprehension assessment at the end of the French primary-school cycle
par Sabine RODRIGUEZ SUAREZ sous la direction de Sandra JHEAN-LAROSE
Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation
ED 180 Sciences Humaines et Sociales : Cultures, Individus, Sociétés

Soutenue le Monday 27 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Français (langue) -- Étude et enseignement (primaire)
  • Écriture -- Aspect cognitif

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Compréhension de textes, Évaluations standardisées, Analyse d'items
Resumé
L'évaluation d'un objet est intrinsèquement liée à la définition que l'on pose de celui-ci. Si à un certain niveau de généralité, ce qu'est comprendre un texte semble aller de soi, une recension des travaux en psychologie cognitive, du développement, en didactique, en sociolinguistique, montre au contraire le caractère polymorphe de cet objet qu'on peine à définir. Dès lors, comment évaluer ce que l'on peine à circonscrire, même par exclusion ? Toujours dans le but de cerner ce qu'on entend par compréhension, nous avons mené quatre enquêtes. La première repose sur des entretiens avec des enseignants autour d'une épreuve (texte + questions), en vue de décrire leur manière de se représenter la compréhension et ses difficultés. La deuxième, centrée sur l'analyse des questions repose sur la constitution et une première analyse d'un corpus d'environ 200 questions proposées lors d'évaluations nationales sur la compréhension de textes narratifs. Analyser les questions ne pouvant se faire sans prendre en compte l'activité de réponse, nous avons proposé ensuite deux expériences. La première procède d'une sorte de raisonnement par « l'absurde »: peut-on répondre à des questionnaires de compréhension sans le texte y afférant ? La seconde a pour but de cerner les spécificités des épreuves, en proposant aux mêmes élèves quatre tâches (rappel, reconnaissance, jugement d'importance et QCM) sur deux textes différents. Ces analyses convergent pour montrer que chaque tâche donne un portrait différent de la compréhension et que l'on passe parfois rapidement d'une compréhension d'un texte à la compréhension de textes.