La mobilisation dans la littérature pédagogique managériale : une analyse de contenu de manuels de formation
Employee mobilization in educational management literature : an analysis of training manuals
par Bourdages-Sylvain Marie-Pierre sous la direction de Spurk Jan et de Mercure Daniel
Thèse de doctorat en Sociologie
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)


Sujets
  • Dans les représentations sociales
  • Gestion d'entreprise
  • Personnel -- Direction
  • Personnel -- Motivation
  • Travail

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Représentations sociales du travail, Normes managériales en matière de mobilisation du personnel, Gestion des ressources humaines, Théorie critique, Sociologie critique des discours managériaux
Resumé
À l'instar des études en sociologie du travail qui, depuis 1980, s'intéressent à la subjectivité au travail comme voie d'intelligibilité des enjeux sociaux, cette thèse porte sur la valorisation par le discours pédagogique managérial de la mobilisation, plus particulièrement celle d'un régime fondé sur l'enrôlement des subjectivités. Il est généralement admis que cette mobilisation constitue le champ classique de la gestion des ressources humaines (GRH). Qu'en est-il des autres domaines de l'organisation ? La mobilisation y serait-elle valorisée tous azimuts ? L'hypothèse a notamment été posée par Tremblay et al. (2005), qui proposent un modèle d'analyse fondé sur quatre champs organisationnels : 1) les pratiques de GRH ; 2) l'organisation du travail ; 3) le leadership et ; 4) la vision, la mission, les objectifs et les valeurs), comme autant de leviers d'action pour mobiliser le personnel. L'objectif principal de cette thèse est de vérifier, par une analyse de contenu de manuels de formation en GRH, si le modèle de Tremblay et al. (2005) est diffusé dans la littérature pédagogique managériale, sans pour autant prendre pour acquis que cela se traduit dans les situations concrètes de travail. Les apports de cette thèse sont triples : elle montre que la mobilisation du personnel et ses dimensions associées (soit l'habilitation, la motivation, l'adhésion et l'engagement) sont présentées par le discours pédagogique managérial comme le pivot de la nouvelle pratique de GRH, tant du point de vue des pratiques, de l'organisation du travail et du leadership, que de la vision, de la mission, des objectifs et des valeurs. Plus encore, elle révèle que la mobilisation y est qualifiée d'émancipatoire, dans la mesure où elle est décrite comme un vecteur de réalisation de soi pour le travailleur et, parallèlement, une voie de rentabilité pour l'organisation. Au-delà de cette vaste entreprise de mobilisation de la subjectivité, l'analyse montre que la littérature pédagogique managériale est porteuse d'un véritable ethos du travail, qui valorise une centralité forte de l'activité professionnelle, une finalité expérientielle et un lien d'emploi fondé sur une transaction subjective entre les parties, bref, un ethos du travail en phase avec les normes managériales contemporaines. Au terme de l'exercice, la thèse examine un ensemble de réflexions quant aux conséquences individuelles et sociales des normes de mobilisation de la subjectivité diffusées par le discours managérial contemporain.