Analyse sémiologique du Vide dans le minhwa (peinture populaire coréenne) : le thème 'montagne-eau'
Semiological analysis of Void in Minhwa (Korean folk painting) : the landscape paintings 'mountain-water' theme, san-su
par Cho Min-Ji sous la direction de Boucherit Aziza
Thèse de doctorat en Sciences du langage
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)

Soutenue le Thursday 28 November 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Peinture -- Corée -- 1392-1910 (Époque des Li)
  • Sémiotique et art
  • Vide (philosophie)

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Espace, Chosön, Minhwa, Vide, 'Montagne-eau'
Resumé
Cette thèse a pour objet l'analyse sémiologique du Vide dans l'espace pictural du minhwa, genre artistique populaire coréen, et plus particulièrement dans les peintures ayant pour thème le paysage 'montagne-eau' du 18e au 20e siècle de l'ère du Chosön. Nous étudions cette notion, qui s'est développée à partir des philosophies traditionnelles telles que le taoisme, le bouddisme et le confucianisme par exemple, en la considérant comme l'un des fondements de la pratique de la peinture et de la culture coréenne. De nos jours, le minhwa est devenu un genre reconnu pour sa valeur artistique propre : l'espace pictural du minhwa est un véritable lieu d'expérimentation pour ses styles innovants et populaires tout en conservant des éléments traditionnels imposés par la philosophie esthétique : le thème, ou l'utilisation de la notion de Vide, par exemple. C'est pourquoi nous avons centré notre attention sur les fonctions de l'espace non peint afin d'étudier l'emploi de la notion du Vide, spécifique au genre du minhwa. Dans cette analyse, nous faisons l'hypothèse que la notion de Vide, sous la forme de surface non peinte, est significative en ce qu'elle exerce des fonctions particulières dans l'espace constitué par la peinture. L'étude de cet espace non peint ainsi que d'autres expressions picturales nécessite l'élaboration d'une grille d'analyse constituée de septs critères : elle s'appuie sur des notions philosophiques traditionnelles, comme la 'voie' du tao, mais aussi sur d'autres propres à la philosophie esthétique contemporaine, comme la 'cinquième dimension' (Cheng), l''entre-deux' (Buci-Glucksman), ou à l'analyse théorique de l'espace ('cible/site' de Vandeloise), afin de pouvoir cerner les fonctions et le sens du Vide dans la symbolique de notre corpus.