Les enseignants de fin de cycle élémentaire face à la grande difficulté scolaire : enjeux psychiques et influences culturelles
Teachers in charge of children with special needs at the end of elementary school : psychical issues at stake and cultural influences
par Luce Catherine sous la direction de Pechberty Bernard
Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)

Soutenue le Monday 13 January 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Analyse transitionnelle
  • Défense (psychologie)
  • Professeurs des écoles
  • Rapport au savoir
  • Échec scolaire
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Enseignant de CM2, Grande difficulté scolaire, Approche clinique, Transmission, Angoisse de séparation, Enjeux psychiques, Connivence culturelle, Espace potentiel
Resumé
Cette recherche veut comprendre les enjeux psychiques liés à la confrontation de l'enseignant de fin de cycle élémentaire, dans une période charnière avant le collège, avec les élèves considérés en grande difficulté, selon les normes institutionnelles. La problématique prend sa source dans les différentes expériences professionnelles de l'auteur en France hexagonale et ultramarine. La démarche de recherche clinique à orientation psychanalytique permet d'appréhender les mouvements psychiques conscients et inconscients mobilisés dans la " personnalité professionnelle " de chaque enseignant. Sept entretiens cliniques non-directifs ont été menés auprès d'enseignantes de fin de cycle élémentaire, en métropole, en Polynésie française et aux Antilles. S'appuyant sur ses élaborations contre-transférentielles, l'auteur met au travail les concepts de rapport au savoir, de temporalité psychique, d'angoisse mais aussi les notions de transmission, de connivence culturelle et d'espace potentiel à partir de l'analyse de chaque entretien puis d'une réflexion transversale les mettant en perspective. Les résultats de la recherche montrent la présence de dynamiques psychiques actives dans cette situation d'enseignement, où dominent des vécus d'impuissance pédagogique et didactique, des formes d'angoisse, notamment de séparation, et des modes de défense spécifiques, dans le contexte du passage des classes de CM 2 à la 6ème, situation qui radicalise les possibilités d'échec. La recherche met aussi en évidence l'importance de la confrontation de l'expérience singulière des enseignants avec des valeurs collectives intériorisées ; elle identifie les influences culturelles mobilisées par les défenses psychiques et professionnelles des praticiens qui participent à des processus de dégagement et d'ouverture face aux conflits psychiques éprouvés. Une transmission devient possible via une connivence culturelle, transformatrice et élaborative, offrant un " espace potentiel " où se rétablissent les liens entre élève et maître. Ainsi cette recherche centrée sur la subjectivité des professionnels, en s'ouvrant sur les contextes environnementaux, permet des confrontations avec d'autres disciplines telles que l'anthropologie et enrichit la compréhension des phénomènes psychiques en jeu dans cette situation.