Contrôle génétique de la réponse à l'infection par des virus oncogènes en population endémique
Pas de titre traduit
par Pedergnana Vincent sous la direction de Abel Laurent
Thèse de doctorat en Génétique statistique
École doctorale Santé publique

Soutenue le Monday 07 October 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Génétique humaine
  • Herpèsvirus humain 8
  • Polyomavirus de Merkel
  • Virus de l'hépatite C
  • Virus oncogènes
  • Épidémiologie génétique
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Epidémiologie génétique, Génétique humaine, Contrôle de l'infection, MCPyV, HHV-8, VHC, Virus oncogènes, Transmission familiale, Analyse de ségrégation, Analyse de liaison génétique, Analyse d'association
Resumé
La recherche de facteurs génétiques de susceptibilité aux infections virale dans des populations générales exhaustives endémiques est une approche originale en épidémiologie génétique. Nos travaux de thèse nous ont permis d'établir, dans une population endémique pour deux virus oncogènes MCPyV et HHV-8 au Cameroun et dans une population endémique pour le VHC en Egypte, plusieurs arguments forts en faveur d'une susceptibilité génétique aux infections par les virus oncogènes humains définies par la séropositivité/ séronégativité vis-à-vis du virus impliqué. Concernant l'infection par le MCPyV, dont les modes de transmission sont peu connus, nous avons mis en évidence l'existence de fortes corrélations familiales mère-enfant et entre enfants pour la séropositivité au virus, en faveur d'une transmission virale par contacts proches. Ces résultats sont similaires à ceux observés pour l'HHV-8, dans la même population, virus pour lequel la transmission par voie salivaire est l'hypothèse la plus forte. Concernant l'infection par l'HHV-8, nous avons identifié un locus majeur de prédisposition à l'infection par une analyse de ségrégation mettant un gène majeur mendélien autosomique récessif prédisposant à l'infection, suivie d'une analyse de liaison paramétrique utilisant le modèle de l'analyse de ségrégation. Concernant l'infection par le VHC, nous avons identifié par une analyse de liaison génétique un locus majeur de prédisposition à l'infection. Nous avons ensuite identifié, par une analyse d'association en génome entier sur une grande cohorte de plus de 6500 individus, trois signaux associés avec l'infection par le VHC. Par ailleurs, nous avons également réalisé une étude fine des variants du locus du gène IL28B, associés à la clairance du VHC, cohérente avec les résultats publiés au cours de nos travaux. L'identification de facteurs génétiques impliqués dans la susceptibilité aux infections virales oncogènes et aux cancers associés permettra de mieux comprendre la physiopathologie de la réponse à ces infections et les mécanismes intervenant depuis l'exposition virale jusqu'au développement de cancers.