Menace(s) du stéréotype et perception de soi : Comment modérer l'impact des réputations négatives sur les membres des groupes stéréotypés ? Le cas des femmes et des Noirs de France
Stereotype-Threat(s) and self-perception : How to moderate negative reputations' impact on stereotyped group members ? : The case of women and Blacks of France.
par Ka Racky sous la direction de Sanitioso Bo Rasyid
Thèse de doctorat en Psychologie sociale
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Monday 03 June 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Et les mathématiques
  • Femmes
  • France
  • Influence
  • Noirs
  • Perception de soi
  • Stéréotype (psychologie)
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Menace du stéréotype,Perception de soi,Groupe,Femmes,Noirs de France
Resumé
Cette thèse porte sur la menace du stéréotype (Steele & Aronson, 1995) qui correspond à la crainte qu'un individu, appartenant à un groupe négativement stéréotypé, peut ressentir lorsqu'il risque de confirmer, par sa performance ou son comportement, le stéréotype négatif associé à son groupe. Cette crainte, en retour, le mènerait involontairement à confirmer le stéréotype. Trois objectifs guident ce travail : (1) Nous proposons d'examiner le rôle de la perception de soi (i.e., en tant qu'individu unique ou en tant que membre du groupe) dans la modération (i.e., augmentation ou diminution) des effets négatifs de la menace du stéréotype sur les performances, l'état émotionnel et la perception de la situation. (2) Nous suggérons de tenir compte de la distinction récente entre la menace du stéréotype dirigée vers soi (i.e., peur de confirmer le stéréotype pour soi-même) et la menace du stéréotype dirigée vers le groupe (i.e., peur d'être un mauvais représentant de son groupe) et d'en examiner les impacts sur la performance des individus concernés (Shapiro & Neuberg, 2007 ; Wout, Jackson, Spencer, & Danso, 2008). Ces deux premiers objectifs ont fait l'objet de quatre études expérimentales portant sur les femmes et le stéréotype d'incompétence en mathématiques (présentées dans la Partie 1). Les principaux résultats indiquent que la perception de soi en tant que membre du groupe (i.e., soi interdépendant) a des effets plus délétères sur la performance et l'état émotionnel que la perception de soi en tant qu'individu unique (i.e., soi indépendant). Enfin, (3) notre dernier objectif était d'étendre les recherches sur la menace du stéréotype à un groupe stigmatisé encore non étudié dans le contexte français. Pour cela, nous avons choisi d'examiner le groupe des Noirs de France avec quatre études (présentées dans la Partie 2). Les principaux résultats révèlent l'existence de stéréotypes négatifs associés à ce groupe (e.g., incompétence intellectuelle) ainsi que leur impact non négligeable sur les membres de ce groupe (e.g., performances, comportements au quotidien).