Mécanismes d'inhibition dans le trouble obsessionnel compulsif
Mecanismes of inhibition in the obsessive-compulsive disorder
par Dupuy Michèle sous la direction de Bungener Catherine et de Monnet François
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Wednesday 04 July 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Fonctions exécutives (neuropsychologie)
  • Inhibition
  • Troubles obsessionnels-compulsifs
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Trouble obsessionnel compulsif,Inhibition,Flexibilité cognitive
Resumé
Les mécanismes neuropsychologiques sous-jacents à l'expression symptomatique du trouble obsessionnel compulsif (TOC) sont encore mal connus. Nombreuses sont les études qui mettent en évidence des déficits exécutifs mais la diversité des méthodologies et la mixité des sous-types cliniques empêchent de dégager des constantes en terme de profil neurocognitif. Les études neuropsychologiques accordent toutefois une importance à l'inhibition et à flexibilité cognitive qui pourraient participer au caractère inflexible et répétitif des pensées et des actes communs à toutes les formes du TOC. L'objectif de cette thèse est l'étude des mécanismes d'inhibition et de la flexibilité chez des patients présentant un TOC. Deux études ont été réalisées. L'étude 1 est une étude de faisabilité d'un protocole de tests neuropsychologiques où 9 patients sont comparés à 9 sujets contrôles. L'étude a fait l'objet d'une bonne faisabilité. L'étude 2 compare 14 patients présentant un TOC à 16 patients présentant des troubles phobiques avec des tests informatisés d'inhibition, de flexibilité en plus des tests de l'étude 1. Les objectifs sont : vérifier l'hypothèse d'un déficit d'inhibition chez des patients TOC, étudier les relations entre la sévérité, l'ancienneté des troubles TOC et les résultats aux tests d'inhibition et de flexibilité. Les limites méthodologiques, entre autre, l'absence d'un groupe contrôle réduisent l'interprétation comparant les deux groupes cliniques ainsi que les résultats au sein du groupe de patients TOC. Les patients se sont différenciés sur deux épreuves de rapidité d'exécution en flexibilité mentale et d'attention. Au sein du groupe des patients présentant un TOC, les données ont montré une relation entre la sévérité des symptômes TOC et des perturbations aux tests d'inhibition. Ces observations sont discutées en lien avec le concept « impulsivité et TOC »