Rôle de l'APP et du CFH dans la physiologie normale et pathologique de la rétine
Roles of APP and CFH in normal and pathological retina
par An Na sous la direction de Treton Jacques
Thèse de doctorat en Biologie du vieillissement
École doctorale Génétique, Cellulaire, Immunologie, Infectiologie et Développement

Soutenue le Monday 19 November 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Alzheimer, Maladie d'
  • Dégénérescence maculaire liée à l'âge
  • Rétine -- Maladies
  • Stress oxydatif
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Rétine, Inflammation, Stress oxydant, Dégénérescence, Différenciation, Photorécepteurs, Voie du complément, Agent thérapeutique, Dégénérescence maculaire liée à l'age, Maladie d'Alzheimer
Resumé
La dégénérescence maculaire liée à l'âge ou DMLA représente la première cause de cécité légale dans les pays industrialisés. C'est une affection multifactorielle (facteurs environnementaux et génétiques), caractérisée par la dégénérescence des photorécepteurs et une dysfonction de l'épithélium pigmentaire de la rétine (EPR). La présence de dépôts sous-rétiniens, les drusen, qui sont un facteur de risque de développer la DMLA contiennent de l'amyloïde-b (Ab), le peptide neurotoxique impliqué dans la maladie d'Alzheimer (MA) et le facteur H du complément (CFH), qui est un des inhibiteurs solubles majeurs de l'activation de la voie du complément. L'Aβ est capable de lier le CFH et il existe une corrélation inverse entre les taux de CFH et d'Aβ dans le cerveau et la rétine de modèles murins de la MA, de plus, le polymorphisme H402Y dans le gène codant pour le CFH est associé à la moitié des cas de DMLA et est aussi un facteur de risque pour la MA. Au début de ma thèse, rien n'était connu sur les fonctions de la protéine précurseur de l'amyloïde β (APP), et du CFH dans la rétine. Ainsi, le but de ma thèse a été d'étudier d'une part le rôle physiologique de l'APP au cours de la différenciation de la rétine et à l'âge adulte chez la souris, et d'autre part le CFH dans la rétine normale chez la souris normale adulte et chez la souris Rd10, un modèle de dégénérescence des photorécepteurs. Nous avons montré par l'utilisation d'une souris dont le gène de l'APP est invalidé (APPko), une diminution stable de 35% de nombre de cellules amacrines glycinergiques et de 36% de celui des cellules bipolaires, associé à une désorganisation importante des laminations des synapses au stade adulte, et une augmentation transitoire à 50% du nombre cellules horizontales au cours de la phase précoce de la différenciation rétinienne. Nous avons identifié Ptf1a, facteur de transcription indispensable à la différenciation des cellules amacrines, comme la cible de l'APP. De plus, non montrons que SorLA, le récepteur de l'APP, est indispensable à la fonction de différenciation rétinienne de l'APP. Dans la deuxième partie de mon étude, j'ai montré que le CFH protége in vitro les cellules de l'EPR contre les effets létaux du stress oxydant. Après avoir caractérisé les processus associés à la dégénérescence des photorécepteurs chez la souris Rd10 (activation gliale, microgliale, activation de l'inflammation et de la voie du complément), j'ai montré que l'injection intrapéritonéale répétée de CFH humain durant la dégénérescence protège partiellement les photorécepteurs de la mort. L'ensemble de mon étude montre pour la première fois un rôle important de l'APP dans la différenciation de la rétine et un nouveau rôle, comme antioxydant, pour le CFH, qui pourrait être un agent thérapeutique ciblant des photorécepteurs et l'EPR dans les pathologies dégénératives rétiniennes.