L'esprit du jeu dans les sociétés postmodernes : Anomies et socialités : Bovarysme, mémoire et aventure
The spirit of the game in postmodern societies : Anomie and sociality : Bovarysm, memory and adventure
par Fouillet Aurélien sous la direction de Maffesoli Michel
Thèse de doctorat en Sociologie
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)

Soutenue le Thursday 13 December 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Anomie
  • Bovarysme
  • Jeu (philosophie)
  • Postmodernisme
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Jeu, Anomie, Illusion, Bovarysme, Mémoire, Identités, Aventure, Risque, Postmodernité, Résillusion
Resumé
Les jeux vidéos, les comics américains, les séminaires ludiques de créativité, leszombie walks, ou encore les phénomènes d'effervescences prennent de plus en plus deplace dans les sociétés contemporaines. Ce travail de recherche s'interroge sur cettedimension ludique de l'existence qui façonne de nouvelles manières d'être-ensemble.Si ce travail s'apparente à la sociologie du jeu, il n'envisage pas le jeu comme undomaine spécifique, comme une sphère particulière de la vie sociale. Notre réflexions'attache à replacer le jeu comme forme de socialisation. Un peu à la manière deHuizinga qui voyait le jeu comme ce qui fait culture, nous envisageons ici le ludiquecomme ce qui fait société.Trois expressions de cette forme ludique de socialisation sont abordées dans cetravail de recherche : 1. Le bovarysme, tout d'abord, qui interpelle les modalités deconstruction de l'identité, ainsi que les rapports entre réalité et irréalité. Le bovarysme,expression contemporaine de l'enromancement médiéval, suggère que l'être-ensemblerepose sur un certain type de fiction. 2. Les itinéraires mnémoniques, ensuite, quidécoulent des fictions bovaryques et qui manifestent la mutation de notre rapport àl'espace et au territoire communautaire. Les lieux communs, territoires de la mémoirecollective, ne s'expriment plus simplement dans un rapport au souvenir, mais aussi dansun cheminement, un voyage, des itinéraires. L'être-ensemble se territorialise dansl'usage de la métaphore que se proposent de faire les sociétés contemporaines. 3.L'esprit d'aventure, enfin, expression de l'amour du risque qui lutte contre l'ennui. Si lafiction identitaire et les itinéraires mnémoniques nous proposent de nouveaux voyagescommunautaires, l'esprit d'aventure et d'exploration se trouve certainement à leurorigine. L'ennui provoqué par un certain désenchantement du monde trouve icil'expression de sa vivante part maudite.Au travers de l'étude de ces trois dimensions des comportements ludiquescontemporains, le jeu apparaît comme expression ambivalente des anomiescontemporaines. Anomie destructrice de la société moderne, d'un côté, anomie créatricedes sociétés en gestation, de l'autre.