Marqueurs neurodéveloppementaux, cognition et facteurs environnementaux précoces et tardifs dans le phénotype psychotique des pathologies mentales
Neurodevelopmental markers, cognition and early - and late- environmental factors in the psychotic phenotype of mental disorders
par Jasmina MALLET sous la direction de Caroline DUBERTRET
Thèse de doctorat en Neurosciences
ED 158 Cerveau, Cognition, Comportement

Soutenue le Monday 17 December 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Aspect médical
  • Développement neurologique
  • Maladies mentales
  • Tabac
Un embargo est demandé par le doctorant jusqu'au 01 January 2021
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Schizophrénie, Psychose, Trouble bipolaire, Expériences psychotiques, Premier épisode, Approche transdiagnostique, Tabac, Cannabis, Signes neurologiques mineurs, Latéralité, Cognition
Resumé
Les maladies mentales représentent un ensemble catégoriel très hétérogène, même au sein d'une entité nosographique. L'approche multifactorielle rend compte de l'hétérogénéité clinique des troubles mentaux et du continuum entre certaines dimensions cliniques, voire entre le normal et le pathologique. Parmi ces dimensions, le phénotype psychotique constitue une dimension essentielle du trouble schizophrénique. L'approche dimensionnelle permet d'envisager la recherche d'expériences psychotiques dans la plupart des troubles mentaux ainsi qu'en population générale. Nous faisons l'hypothèse générale que certains troubles psychiatriques avec symptômes psychotiques pourraient être la résultante de l'interaction entre certains facteurs environnementaux précoces (traumatismes obstétricaux par exemple) et tardifs (consommation de toxiques, traumatismes) et le neurodéveloppement de l'individu. Un travail initial a été de rappeler les concepts de vulnérabilité en psychiatrie, et de prendre l'exemple du trouble schizophrénique pour réaliser une revue de la littérature sur les facteurs de risque en fonction de leur interaction précoce ou tardive avec le neurodéveloppement. Ensuite, dans le premier axe de recherche de la thèse, nous évaluons certains marqueurs neurodéveloppementaux précoces (signes neurologiques mineurs, latéralité, cognition). Notre premier travail, concerne la caractérisation clinique, neurologique et cognitive de 64 patients souffrant de trouble schizophrénique, en fonction de leur consommation de cannabis ou pas avant le début des troubles. Il apporte des éléments en faveur d'une charge neurodéveloppementale moins lourde chez les patients ayant consommé du cannabis, et de l'impact potentiel de cette substance chez des sujets vulnérables. Notre second travail, préliminaire, concerne l'impact clinique et cognitif de la latéralité chez les patients souffrant de schizophrénie (n=667) et de trouble bipolaire (n=2445). Nous apportons des arguments pour un poids neurodéveloppemental (mesuré avec cet indice) plus important dans la schizophrénie. Notre deuxième axe de recherche se concentre sur le tabagisme comme facteur environnemental tardif dans le trouble schizophrénique et le phénotype psychotique. Nous montrons dans deux travaux sur la cohorte FACE-SZ (n=361 ; n=474), que ces patients consomment presque deux fois plus qu'en population générale et qu'ils pourraient représenter un sous-groupe présentant des caractéristiques spécifiques d'un point de vue socio-démographique, clinique et thérapeutique. Dans un troisième travail préliminaire, nous comparons les fonctions cognitives de ces patients (n=785) et montrons que l'hypothèse d'automédication ne peut pas rendre compte à elle seule, de la forte prévalence du tabagisme chez ces patients. Dans un quatrième travail, nous étudions l'impact du tabagisme sur le phénotype psychotique dans une approche dimensionnelle, et montrons une association entre le tabagisme et certaines expériences de type psychotique dans un échantillon représentatif de la population générale américaine (NESARC, n=34653). Enfin dans un dernier axe de recherche nous nous intéressons au phénotype psychotique dans une population d'adolescents et jeunes adultes hospitalisés pour un premier épisode psychiatrique (n=50). Dans une étude préliminaire, nous montrons une forte prévalence des expériences de type psychotique chez ces jeunes adultes, quel que soit le diagnostic posé six mois à postériori, soulignant le caractère trans-nosographique du phénotype psychotique lors de l'émergence des troubles. L'ensemble de ce travail reflète l'hétérogénéité clinique des maladies mentales et l'importance de l'approche dimensionnelle et trajectorielle pour identifier des facteurs de risque (ou de protection). Les enjeux sont une meilleure compréhension étiopathogénique, des perspectives de prévention, et une prise en charge personnalisée des patients.