Gait quantitative phenotyping of brain-injured subjects : gait measurement in the doctor's office using inertial measurement units
Phénotypage quantitatif de la marche du patient cérébrolésé : mesure de la marche en consultation de routine avec des capteurs inertiels
par Rémi BARROIS sous la direction de Pierre Paul VIDAL et de Damien RICARD
Thèse de doctorat en Neurosciences
ED 158 Cerveau, Cognition, Comportement

Soutenue le Friday 09 February 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Marche (locomotion)
  • Personnes atteintes de lésions cérébrales

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Capteur inertiel, Marche, Demi-tour, Locomotion, Accident vasculaire cérébral, Maladie de Parkinson, Arthrose du membre inférieur
Resumé
Si les neurosciences connaissent d'importants progrès dans l'imagerie et le génotypage, le phénotypage repose encore largement sur des échelles visuelles. Le phénotype chez l'homme repose principalement sur son style perceptivo-moteur qui donne une empreinte à la marche, la posture, l'équilibre, l'habilité des membres supérieurs, les mouvements oculaires etc. La marche, fonction complexe et fondamentale de l'être humain, implique l'ensemble du système musculo-squelettique, le système nerveux central et périphérique ainsi que les organes sensoriels. Elle est le produit d'un patron de marche automatique et inconscient modulé par le tronc cérébral, les noyaux gris centraux et par des retours sensitifs (visuels, proprioceptives, vestibulaires et épicritiques). Enfin, la marche est aussi sous contrôle volontaire. Le phénotypage quantitatif de la marche suppose la construction préalable de bases de données de signaux de marche d'un nombre élevé (centaines) de sujets et de patients. Ceci peut être mené à bien grâce à des outils de mesure simples d'utilisation et adaptés à la pratique médicale de routine. Il existe plusieurs moyens pour phénotyper la marche mais le capteur inertiel, en raison de son prix, de sa souplesse d'utilisation et de l'accès aux données brutes est un outil particulièrement adapté pour l'étude de la marche en consultation de routine. Les capteurs inertiels permettent le calcul de nombreux paramètres. L'exercice de marche de 10 m aller/retour à vitesse de confort départ arrêté donne accès aux différentes phases de la marche (initiation, croisière, demi-tour) dans des conditions de consultation de routine. Ainsi, l'objectif de ce travail est d'approcher les mécanismes d'adaptation des personnes à des perturbations à différents niveaux anatomiques des structures impliquées dans la marche. Nous abordons cette question par un phénotypage quantitatif à partir du signal de capteurs inertiels recueilli sur des patients au cours d'un exercice de marche de 10 m aller/retour en consultation clinique de routine. Nous avons étudié successivement la marche de patients atteints d'arthrose du membre inférieur comme modèle d'adaptation de la marche à la douleur, puis la marche dans la maladie de Parkinson comme modèle d'atteinte du système de la mise en place des procédures motrices, enfin, la locomotion des patients hémiparétiques à la suite d'un accident vasculaire cérébral hémisphérique comme modèle d'atteinte de la commande volontaire. Nous montrons que la douleur dans l'arthrose du membre inférieur mène à une rigidification globale de la cinématique corporelle. Cette rigidification est prépondérante sur le membre atteint. Elle traduit la perte des synergies musculaires par la mise en place de boucle-réflexe anti-douleur. Nous démontrons que ces modifications sont corrélées à la sévérité clinique de l'arthrose. Pour analyser la régularité de la marche dans la maladie de Parkinson indépendamment des variabilités inter-individuelles du patron de marche nous avons développé un outil de visualisation de l'exercice de marche. La maladie de Parkinson affecte en particulier la régularité de la marche. Notre travail apporte la preuve que cette irrégularité est corrélée à la sévérité des symptômes chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. Nous montrons enfin qu'une lésion du cortex dans l'accident vasculaire hémisphérique provoque un changement de stratégie dans le demi-tour. Comme d'autres, nous faisons l'hypothèse que les stratégies de demi-tours sont en partie stockées dans le cortex frontal et que les hémisphères droit et gauche ne jouent pas un rôle symétrique. Nous montrons que le choix de stratégie de demi-tour est corrélé avec la survenue de chutes à 6 mois et pourrait constituer un nouvel élément pour orienter la rééducation. (...)