Etudes de deux protéines chaperonnes des acides nucléiques de virus de l'immunodéficience humaine type 1 : Vif et la protéine nucléocapside
Studies of two chaperone proteins acids nucleic in human immunodeficiency virus type 1 : Vif protein and nucleocapsid protein
par Akil (Sleiman) Dona sous la direction de Tisné Carine
Thèse de doctorat en Biochimie
École doctorale Médicament, Toxicologie, Chimie, Environnement

Soutenue le Friday 18 January 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Acides nucléiques
  • Gènes vif
  • Protéines nucléocapside
  • Résonance magnétique nucléaire
  • Virus de l'immunodéficience humaine
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Vif,Protéine nucléocapside
Resumé
Le travail de ma thèse porte sur l'étude des protéines chaperonnes des acides nucléiques chez le virus de l'immunodéficience humaine VIH-1.Ces protéines sont au nombre de trois : Tat, Vif et la Nucléocapside. Je me suis concentrée sur les deux dernières citées : Vif, dont j'ai réalisé une étude structurale et fonctionnelle en partant du gène, j'ai réussi à produire et purifier la protéine, que je l'ai caractérisée par des méthodes structurales comme la diffusion de lumière et le dichroïsme circulaire. J'ai étudié les interactions de cette protéine avec les acides nucléiques par spectroscopie de fluorescence et Résonance Magnétique Nucléaire (RMN). Et finalement j'ai participé aux tests d'activités chaperonnes. Pour la nucléocapside, qui est une protéine déjà connue au sein du laboratoire, j'ai examiné son rôle de protéine chaperonne lors de l'initiation de la transcription inverse. J'ai mis en évidence par RMN une interaction très controversée entre l'ARN génomique virale et l'ARNtLys3 qui joue le rôle d'amorce pour l'initiation de la transcription inverse.