Néogenèse lymphoïde induite par l'infection bactérienne bronchopulmonaire chronique
Intrapulmonary lymphoid neogenesis induced by prolonged bacterial airway infection in mice
par Frija-Masson Justine sous la direction de Burgel Pierre-Régis
Thèse de doctorat en Physiopathologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 23 November 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Follicule lymphoïde
  • Maladies bactériennes
  • Poumon -- Maladies

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Néogenèse lymphoïde, IBALT, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, Immunité adaptative, CXCL12, CXCL13, Mucoviscidose, BPCO
Resumé
Introduction: les follicules lymphoïdes (FL) sont absents du poumon normal mais ont été décrits dans les poumons de patients atteints de mucoviscidose ou de dilatations de bronches non mucoviscidosiques, suggérant un rôle pour l'infection bronchique dans la néogenèse lymphoïde (NL). Nous avons étudié la dynamique de la néogenèse lymphoïde dans l'infection bactérienne. Méthodes: les souris C57BL/6 ont reçu une instillation intratrachéale de billes d'agarose contenant du PAO1 ou du S. aureus (106 CFU/animal) permettant une infection prolongée et ont été comparées à des souris contrôles (billes stériles ou absence de billes). Les souris ont été sacrifiées à J1, J4, J7 et J14. Résultats: l'instillation unique de billes d'agarose contenant du PAO1 ou du S. aureus induit en 14 jours des FL fonctionnels situés sous l'épithélium en regard des zones d'infection. Le marquage pour CXCL12 et CXCL13 est faible chez contrôles, mais présent dans l'épithélium (CXCL13) dès J1 et présent également dans les FL (CXCL12 et CXCL13) à J14 chez les souris infectées. Le traitement des souris par un anticorps anti CXCL12 ou anti CXCL13 n'inhibe pas la formation des FL induite par l'infection à PAO1. Conclusion: nos données suggèrent un rôle pour l'infection bactérienne prolongée et l'épithélium respiratoire dans la NL des bronchopathies chroniques. Notre modèle permet d'évaluer les mécanismes de la formation et de persistance des FL dans le poumon.