Élucidation du rôle des phosphatases membranaires dépendantes de l'undécaprényl pyrophosphate dans la pathogénèse d'Helicobacter pylori
Elucidation of the undecaprenyl-pyrophosphate phosphatases role in Helicobacter pylori pathogenesis
par Elise GASIOROWSKI sous la direction de Ivo GOMPERTS BONECA
Thèse de doctorat en Microbiologie
ED 562 Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 28 September 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Helicobacter pylori
  • Phosphatases
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Undecaprenyl phosphate, Helicobacter pylori, Phosphatases, Peptidoglycane
Resumé
La biosynthèse des polysaccahrides de l'enveloppe bactérienne nécessite la translocation, au travers de la membrane cytoplasmique, de sous unités de sucre qui sont produits dans le cytoplasme. A la fin de ces étapes, les sucres doivent se lier à un transporteur lipidique (l'undécaprényl phosphate, C55-P) fixant ces intermédiaires à la membrane, qui sont ensuite transloqué à la face externe de la membrane interne. Finalement, les fragments de glycane sont transférés à un polymère accepteur naissant. Cette étape libère le transporteur dans une forme inactive, l'undécaprényl-pyrophosphate (C55-PP). Le C55-P est synthétisé par la déphosphorylation du C55-PP, lui même provenant d'une synthèse de novo, ou du recyclage du transporteur. Deux types de phosphatases dépendantes du C55-PP ont été décrit : l'enzyme BacA, qui constitue une famille de phosphatases mal caractérisées et la superfamille des enzymes PAP-2 (phosphatases phosphatidique acides de type 2). Le pathogène humain Helicobacter pylori, ne possède pas d'enzyme appartenant à la famille BacA mais 4 protéines appartenant à la famille des PAP-2: HP0021, HP0350, HP1580 et HP0851. Plusieurs études ont montré des caractéristiques étonnantes provenant des enzyme PAP-2 comme une double fonction et des activités secondaires de phosphotransférases. HP0021 et HP1580 de H. pylori modifient le lipide A via des réactions de déphosphorylation, conduisant à une forme déphosphorylée du lipide A qui est nécessaire pour H. pylori afin de survivre dans la muqueuse gastrique, en conférant une résistance aux CAMPS et un échappement au système immunitaire de l'hôte. Ces enzymes sont essentielles pour la synthèse de plusieurs polymères de la paroi bactérienne par la (re)génération du C55-P, mais participe aussi à la biosynthèse d'autres lipides et à différents réseau de modification de l'enveloppe qui peuvent de façon très important modifier la physiologie cellulaire. Le but de ce projet est de mieux comprendre le rôle physiologique de ces 4 phosphatases via des approches multiples et complémentaires telles que des analyses permettant une caractérisation biochimique et structurale ainsi que leurs impacts dans le métabolisme de l'enveloppe bactérienne, et enfin leurs rôle dans l'interaction hôte-pathogène.