Study of the molecular bases underlying cerebellar defects with emphasis on protein N-glycosylation impairment
Bases moléculaires des anomalies cérébelleuses congénitales et modélisation de la déficience en N-glycosylation des protéines
par Daniel MEDINA-CANO sous la direction de Laurence COLLEAUX et de Vincent CANTAGREL
Thèse de doctorat en Génétique
ED 562 Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 14 September 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Cervelet
  • Imagerie médicale
  • Maladies

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
N-Glycosylation, Srd5a3, Cervelet, IgSF-CAMs, Cdg
Resumé
Les anomalies cérébelleuses englobent un groupe de maladies rares affectant le fonctionnement du cervelet. La prévalence de ces défauts est estimée à 26 sur 10000 enfants en Europe. Ces maladies entraînent des troubles du mouvement (ataxie) et sont fréquemment associées à des déficiences intellectuelles, des défauts qui empêchent les patients touchés d'avoir une vie normale et qui peux entrainer une mortalité précoce. Pour la plupart de ces conditions, seul un traitement symptomatique est disponible. Outre le diagnostic génétique, utile pour faire face à de nouvelles grossesses, une compréhension profonde de la physiopathologie sous-jacente à l'anomalie est nécessaire pour le développement potentiel des thérapies. Mon travail de thèse avait pour but l'amélioration du diagnostic génétique des défauts cérébelleux et la compréhension de la physiopathologie de l'une des causes les plus fréquentes d'anomalies cérébelleuses : la perturbation de la N-glycosylation des protéines. La perturbation de la N-glycosylation des protéines est à la base des syndromes CDG (troubles congénitaux de la glycosylation ou «congenital disorders of glycosylation»), maladies multisystémiques avec des troubles neurologiques sévères. Une atrophie et une hypoplasie cérébelleuses précoces sont fréquemment observées, en particulier dans les cas des CDG avec des mutations au gène SRD5A3. Pour mieux comprendre comment un défaut général de N-glycosylation affecte le développement cérébelleux, nous avons généré une souris Srd5a3 KO conditionnelle au niveau du cervelet. Ce modèle récapitule le défaut humain avec une N-glycosylation anormale, une hypoplasie cérébelleuse et une altération de la coordination motrice. Une évaluation histologique précise du cervelet a montré que certaines cellules granulaires étaient incapables d'initier leur migration finale lors du développement du cervelet. En combinant une approche protéomique et une approche glycoprotéomique, nous avons montré qu'un défaut de N-glycosylation a un impact variable en fonction du nombre de sites de N-glycosylation sur chaque protéine. Plus le nombre de sites de N-glycosylation d'une protéine est élevé, plus elle est sensible à l'hypoglycosylation et/ou à la dégradation dans un contexte de CDG. Nos données montrent que les molécules d'adhésion cellulaire fortement N-glycosylées avec des domaines d'immunoglobuline (IgSF-CAMs) sont hautement sensibles au défaut de N-glycosylation. En utilisant de l'imagerie en temps réel de cellules granulaires en culture, nous avons identifié un défaut d'extension des neurites liée aux IgSF-CAMs. Ce défaut est lié à une altération de la glycosylation et fonctionnement de L1CAM et NrCAM. Nous avons ensuite évalué si le défaut était conservé dans les neurones humains. Pour étudier cette possibilité, nous avons généré des cellules humaines pluripotentes (hiPCS) SRD5A3-/- qui ont été différenciés vers des neurones corticaux. Ces neurones récapitulent le défaut biochimique trouvé chez la souris (hypoglycosylation de NrCAM et L1CAM). Cette découverte étend nos conclusions à l'ensemble du cerveau humain. Enfin, en utilisant la microscopie électronique, nous avons pu identifier une organisation des fibres parallèles cérébelleuses perturbée chez le mutant, en accord avec le rôle établi de nombreuses IgSF-CAM dans le guidage axonal. Nos résultats fournissent des preuves sur le mécanisme impliqué dans la sensibilité spécifique du cervelet à une altération de la N-glycosylation. De plus, nous montrons comment les défauts de la N-glycosylation affectent principalement l'adhésion cellulaire. Notre travail fournit également de nouvelles preuves sur l'importance critique de la N-glycosylation multiple des IgSF-CAM pour leur stabilité et leur fonctionnalité au cours du développement du cerveau des mammifères.