Rôle des facteurs d'hypervirulence dans la traversée de la barrière foeto-placentaire par Listeria monocytogenes
Understanding the role of Listeria monocytogenes factors durong fetal-placental barrier crossing
par Charlotte GAULTIER sous la direction de Marc LECUIT
Thèse de doctorat en Microbiologie
ED 562 Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 19 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Listériose
  • Échanges foetomaternels
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Listeria monocytogenes, Barrière foeto-placentaire, Facteurs de virulence, Régulation, SigmaB
Resumé
Listeria monocytogenes (Lm) est une bactérie Gram positive ubiquitaire et pathogène responsable de la listériose, dont la forme materno-fœtale est particulièrement sévère pour le fœtus. Après ingestion d'aliments contaminés, Lm traverse la barrière intestinale et dissémine dans l'organisme. Elle peut traverser la barrière placentaire par l'action conjuguée de deux protéines de surface, InlA et InlB, qui interagissent avec leurs récepteurs respectifs E-cad et Met et induisent l'internalisation de Lm dans le syncytiotrophoblaste. De plus, la population de Lm est hétérogène et divisée en complexes clonaux (CC), dont certains sont associés épidémiologiquement à des cas cliniques. Notamment, CC4 est associé aux infections materno-fœtales. Dans un modèle de souris gestantes permissives à l'infection par Lm, CC4 est en effet hypervirulent par rapport à la souche de référence EGDe. L'objectif de cette thèse étaient donc de comprendre les mécanismes responsables de l'hypervirulence materno-fœtale de CC4. Nous avons pu montré par des études de cinétique de l'infection placentaire et de clonalité que les étapes précoces de l'infection placentaire, c'est-à-dire la traversée de la barrière placentaire per se, étaient déterminantes dans l'hypervirulence de CC4. De manière intéressante, CC4 et EGDe sont transmis aussi efficacement au fœtus, et sont aussi virulents dans les organes maternels après infection intraveineuse. La traversée de la barrière étant dépendante d'InlA et d'InlB, nous avons étudié les fonctions de ces derniers dans CC4. Nous avons montré que CC4 est plus adhérent et invasif qu'EGDe dans un modèle de lignée cellulaire trophoblastique et que cette capacité est principalement dépendante d'InlA. En accord avec ceci, l'opéron inlAB est surrégulé dans CC4. Il a été montré également au laboratoire que PTS est un facteur de virulence spécifique de CC4 impliqué dans l'infection fœto-placentaire. Nous n'avons cependant pas pu relier ce facteur à la capacité d'invasion de CC4. L'opéron inlAB est régulé par deux principaux régulateurs : PrfA, le régulateur majeur de la virulence chez Lm, et sigB, un facteur alternatif de transcription central dans la réponse au stress. Nous avons étudié les niveaux d'activation de ces deux régulateurs dans CC4 et EGDe. Pour cela, nous avons adapté un système rapporteur de l'activité de sigB, qui consiste à insérer dans le génome une protéine fluorescente sous le contrôle de Plmo2230, directement régulé par sigB. Grâce à l'analyse par cytométrie en flux de ces bactéries dans différents environnements, nous avons pu montré que CC4 exprime un niveau basal de sigB plus important qu'EGDe. Ainsi, in vivo, et plus particulièrement dans les placentas, l'activité de sigB de CC4 est plus forte. Inversement en conditions activatrices de sigB, nous ne détectons plus de différence entre les deux souches. Des données préliminaires suggèrent en revanche que l'activité de PrfA est semblable entre les deux souches. Ce régulateur ne semble donc pas clé dans l'hypervirulence. Nous avons donc émis l'hypothèse que l'hypervirulence materno-fœtale de CC4 reposait sur une plus grande activité basale de sigB suffisante à rendre cette souche plus invasive. Nous souhaitons désormais découvrir les facteurs impliqués dans la régulation de sigB et notamment son retour à l'état basal.