Étude des facteurs psychosociaux associés aux douleurs des patients en hémodialyse
Psychosocial factors associated with pain in patients treated by haemodialysis
par Christel VIOULAC sous la direction de Aurélie UNTAS
Thèse de doctorat en Psychologie
ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Thursday 22 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Aspect psychologique
  • Douleur
  • Hémodialyse
  • Relations infirmière-patient
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Hémodialyse, Douleur, Relation soignant-soigné, Stratégies de coping, Personnalité, Anxieté, Dépression
Resumé
Introduction : la douleur est un symptôme fréquent chez les patients en dialyse et qui peut être influencé par différents facteurs psychosociaux. La littérature actuelle sur le sujet ne permet pas de déterminer quels facteurs sont à prendre en compte dans ce domaine. L'objectif de cette étude était de déterminer quels facteurs psychosociaux sont associés aux douleurs ressenties par les patients traités par hémodialyse. Méthode : l'échantillon était composé de 89 patients et 5 infirmier(e)s. À l'inclusion, plusieurs variables sociodémographiques et médicales ont été évaluées ainsi que la douleur, la personnalité, les stratégies de coping, la symptomatologie anxio-dépressive, la qualité de vie et l'alliance thérapeutique. Une partie de ces variables a été ré-évaluée 2 mois plus tard. De plus, entre ces deux temps de mesure, des auto-évaluations de la douleur ont été faites lors de chaque séance de dialyse. Enfin, des entretiens individuels ont été menés auprès de 5 dyades patient-infirmier(e) visant à explorer un évènement douloureux apparu lors d'une séance de dialyse. Résultats : la douleur concerne 60% des patients, avec une sévérité et un impact sur le quotidien du patient importants. Le coping est la principale variable expliquant la douleur des patients, à l'inclusion, mais également en ce qui concerne les douleurs ressenties pendant les séances de dialyse. Par ailleurs, les résultats montrent des associations entre la douleur et l'attitude des infirmier(e)s pendant les séances. Les résultats des analyses thématiques des entretiens ont mis en avant 3 grandes thématiques. La première, le contexte de la maladie rénale, rappelle les contraintes de la maladie chez les patients. La seconde thématique fait référence à la douleur, la façon dont elle est nommée et comprise et ses caractéristiques, notamment temporelles. La troisième thématique concerne la relation patient-infirmier(e) et aborde les caractéristiques individuelles des patients (personnalité, état émotionnel), des infirmier(e)s (empathie, expérience) et les caractéristiques de leur relation (connaissance de l'autre, communication) associées à leurs interactions autour de la douleur. Conclusion : ces résultats montrent l'importance de prendre en compte la douleur des patients traités par hémodialyse et suggèrent des pistes de prises en charge, impliquant à la fois les patients et les soignants.