Sport électronique, agressivité motrice et sociabilités
Electronic sport, motor aggression and sociabilities
par Besombes Nicolas sous la direction de Collard Luc et de Dugas Éric
Thèse de doctorat en Sciences du sport
École doctorale Sciences du sport, de la motricité et du mouvement humain (2015-.... ; Orsay, Essonne)

Soutenue le Wednesday 30 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Compétitions
  • Joueurs de jeux vidéo
  • Sport électronique

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Jeu vidéo compétitif, Sport électronique, Agressivité motrice, Sociabilité
Resumé
Ce travail transdisciplinaire, à l'intersection de la praxéologie motrice, de la sociologie du sport et des sciences du jeu, a pour objectif d'apporter un éclairage sur le phénomène du « sport électronique » (Wagner, 2006 ; Taylor, 2012), à travers l'exemple du jeu vidéo de combat Mortal Kombat X. La première partie de la thèse vise à questionner la pratique compétitive du jeu vidéo au regard de quatre critères objectifs régulièrement utilisés pour définir le sport : la pertinence motrice de l'activité, l'organisation des compétitions, le système réglementaire et le dispositif institutionnel (Parlebas, 1999). Afin de rendre compte des caractéristiques intrinsèques partagées par ces deux pratiques contemporaines, notre analyse s'appuie sur une méthodologie qualitative axée autour d'observations directes lors d'entraînements et de compétitions e-sportives (n = 9), et d'entretiens semi-directifs avec des joueurs amateurs et semi-professionnels (n = 4), ainsi qu'avec un organisateur d'événements compétitifs (n = 1). Les données collectées (photographies, notes de terrains et entretiens) se focalisent d'une part, sur l'organisation des événements (organisme en charge, espace et matériel à disposition, format de la compétition, médiatisation et diffusion...), et d'autre part, sur les usages des joueurs (comportements et discours, répartition et appropriation du temps et de l'espace, interactions avec les autres joueurs et avec le matériel de pratique...). Dès lors, si le sport électronique peut être assimilé à une activité sportive, la pratique compétitive du jeu vidéo, au contenu notamment violent, comme c'est le cas de notre objet d'étude, encourage-t-elle les comportements agressifs des joueurs ? Et pour autant favorise-t-elle les interactions sociales entre pratiquants ? Le phénomène de sportification (Parlebas, 1999) du jeu vidéo compétitif précédemment mis à jour, permet alors d'induire dans la deuxième partie, une réflexion indirecte sur les thèmes de la violence dans le sport et dans les jeux vidéo, par le biais du concept d'agressivité motrice (Collard, 2004 ; Dugas, 2011). En nous inspirant des travaux de Collard (2004), nous avons établi une typologie des différentes formes d'agressivité ayant lieu dans la pratique du sport électronique, et avons ainsi mis à jour une agressivité « réelle », se déroulant hors ou autour de l'écran, majoritairement illicite ou au mieux consentie, parallèlement à une agressivité « virtuelle », mise en scène dans l'univers simulationnel du jeu, cette fois-ci licite ou au pire tolérée. Notre analyse quantitative s'appuie sur des observations filmées en temps de pratique lors d'entraînements (n = 1) et de compétitions e-sportives (n = 3) de 29 joueurs réguliers et compétitifs (28 hommes et 1 femme). Nous avons ainsi observé 33 affrontements de joueurs à l'aide de deux caméras GoPro, orientées à la fois sur le joueur réel et à la fois sur sa représentation virtuelle à l'écran. Sur les 6 heures 40 d'images analysées, nous avons enregistré plus de 18 250 occurrences d'agressivité virtuelles licites, un peu moins de 300 occurrences d'agressivité virtuelles et réelles tolérées, pour aucune occurrence d'agressivité réelle illicite. Les résultats montrent ainsi qu'à l'instar des pratiques sportives, le sport électronique procède à un façonnage d'un certain type d'agressivité, en suivant cependant la logique d'évolution des jeux orientée vers un adoucissement des risques corporels encourus par une mise à distance des corps. Enfin, la dernière partie traite des formes de sociabilités (Simmel, 1981) en jeu dans la pratique du sport électronique. Les regroupements en « communautés », « clans » ou « équipes » mettent en lumière les interactions existantes entre joueurs compétitifs. Nous avons procédé à une analyse par questionnaire sous forme de comparaison par paires (Condorcet, 1785). (...)