Métabolisme de l'acétyl-CoA : modulation pharmacologique, approches thérapeutiques et nouvelles maladies
Acetyl-coA metabolism : pharmacological treatment, therapeutic approaches and new diseases
par Habarou Florence sous la direction de Bastin Jean
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Thursday 24 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Acétylation
  • Maladies héréditaires métaboliques
  • métabolisme
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Acétyl-CoA, Maladies héréditaires du métabolisme, Beta-oxydation des acides gras, Bézafibrate, Resvératrol, Acide lipoïque, PDHc, GLUT1, Corps cétoniques, Pyruvate carboxylase, Analyse de flux métaboliques
Resumé
L'acétyl-coA occupe une place centrale dans le métabolisme intermédiaire. Il constitue le point de jonction de plusieurs voies métaboliques telles que la .-oxydation, la glycolyse, le catabolisme de certains acides aminés, la cétolyse, la cétogenèse et la synthèse d'acides gras. Il est également impliqué dans d'autres processus tels que l'acétylation des protéines. Au cours de mon travail de thèse, je me suis attachée à étudier différents aspects du métabolisme de l'acétyl-coA. La première partie de mon travail a porté sur la modulation pharmacologique de la .- oxydation dans le but de corriger des déficits de cette voie métabolique. L'intérêt de traitements par 400µM de bézafibrate ou 75µM de resvératrol dans les formes modérées de déficit en VLCAD et en CPT2 avait été montré précédemment. Par des méthodes de référence et grâce à la mise au point de nouvelles techniques, j'ai pu montrer sur des fibroblastes de patients déficitaires en LCHAD que des traitements par une combinaison de 35µM de bézafibrate et 30µM de resvératrol permettent d'augmenter les capacités d'oxydation du palmitate en stimulant la synthèse protéique. L'effet de cette combinaison était comparable à celui d'un traitement par 400µM de bézafibrate. Dans un second temps, je me suis intéressée à deux cofacteurs impliqués dans le métabolisme de l'acétyl-coA : l'acide lipoïque, cofacteur de quatre .-cétoacides déshydrogénases (PDHc, BCKDHc, .- KGDHc et GCS) et la riboflavine, cofacteur d'acyl-coA déshydrogénases de la .-oxydation et de déshydrogénases impliquées dans le catabolisme des acides aminés ramifiés. Ainsi, j'ai participé à la description d'anomalies du métabolisme de l'acide lipoïque, un nouveau groupe de maladies héréditaires du métabolisme caractérisé par un déficit combiné en .-cétoacides déshydrogénases. Par ailleurs, j'ai pu montrer qu'une hyperprolinémie constitue un biomarqueur intéressant pour le diagnostic d'acidurie glutarique de type II primaire ou secondaire, ces dernières pouvant se rencontrer en cas d'anomalie du métabolisme de la riboflavine. J'ai également évalué l'utilisation d'un mélange racémique de L,D-3-hydroxybutyrate afin de corriger les déficits énergétiques induits par un déficit en PDHc ou GLUT1. Via la cétolyse, le L,D-3- hydroxybutyrate génère de l'acétyl-coA. De façon surprenante, l'administration de ce composé s'est traduite par une amélioration de l'état clinique des patients atteints de déficits en PDHc, alors qu'une dégradation a été observée chez les patients atteints de déficits en GLUT1. Cette évolution différente pourrait souligner l'importance de l'anaplérose chez les patients déficitaires en GLUT1. Enfin, la dernière partie de mon travail de thèse porte sur la description d'un patient atteint d'une forme modérée de déficit en pyruvate carboxylase, cette enzyme étant régulée par l'acétyl-coA. Les difficultés diagnostiques rencontrées devant ces formes modérées sont rapportées, ainsi que des essais de traitement par des composés anaplérotiques et par le bézafibrate, malheureusement sans bénéfice net que ce soit in vitro ou in vivo. En conclusion, le métabolisme de l'acétyl-coA est altéré dans de nombreuses maladies héréditaires du métabolisme, dont certaines sont de description récente. Il peut être modulé par différentes approches pharmacologiques. Le développement de nouvelles techniques et notamment les analyses de flux métaboliques fournissent des outils utiles à son exploration et à l'étude de nouveaux traitements.