Diatom interactions in the open ocean : from the global patterns to the single cell
Interactions des diatomées dans l'océan : de l'échelle globale à la cellule unique
par Vincent Flora sous la direction de Bowler Chris
Thèse de doctorat en Biologie
École doctorale Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant

Soutenue le Monday 21 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Diatomées
  • Écologie marine

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Plancton, Diatomées, Biodiversité marine, Interactions microbiennes, Réseaux de corrélation microbiens, Structure des communautés, Cellule unique, Biologie écosystémique
Resumé
Les diatomées sont des micro-algues unicellulaires, qui jouent un rôle primordial dans l'eco-système marin. En effet, elles sont responsables de 20% de l'activité photosynthétique sur Terre, et sont à la base de la chaîne alimentaire marine, toujours plus menacée par le changement climatique. Les diatomées établissent diverses interactions microbiennes avec des organismes issus de l'ensemble de l'arbre du vivant, à travers des méchanismes complexes tels que la symbiose, le parasitisme ou la compétition. L'objectif de ma thèse a été de comprendre comment ces interactions structurent la communauté du plancton, à grande échelle spatiale. Pour ce faire, j'ai développé de nouvelles approches basées sur le jeu de données inédit de Tara Océans, une expédition mondiale qui a exploré la diversité et les fonctions des microbes marins, en récoltant plus de 40.000 échantillons à travers 210 sites autour du monde. Grâce à l'analyse de réseaux de co-occurrence microbiens, je montre d'une part que les diatomées agissent comme des « ségrégateurs répulsifs » à l'échelle globale, en particulier envers les organismes potentiellement dangeureux tels que les prédateurs et les parasites, et d'autre part que la co-occurrence des espèces ne s'explique qu'en minorité par les facteurs environnementaux. Grâce à la richesse des données Tara Océans, j'ai par ailleurs permis la charactérisation d'une interaction biotique impliquant une diatomée et un cilié hétérotrophe à l'échelle de l'eco-système, illustrant de surcroît le succès des approches dirigées par les données. Dans l'ensemble, ma thèse contribue à notre compréhension des interactions biotiques impliquant les diatomées, de l'échelle globale à la cellule unique.