Et si l'immigration était un bienfait ? : l'impact positif de la gratitude intergroupe dans la relation entre français natifs et immigrés
Acknowledging the benefits of immigration in France : The positive impact of collective gratitude in the relation between French natives and immigrants
par Stéphanie RAMBAUD sous la direction de Franck ZENASNI
Thèse de doctorat en Psychologie
ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Monday 19 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Français
  • Gratitude
  • Immigrés
  • Psychologie
  • Relations intergroupes

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Gratitude, Émotions collectives, Relations intergroupes, Préjugés, Discriminations, Immigrés
Resumé
La littérature montre clairement le rôle des émotions collectives (i.e., répondant à des évènements impliquant le groupe d'appartenance) sur les relations intergroupes. Les études existantes ont majoritairement examiné les effets bénéfiques des émotions morales négatives (e.g., culpabilité ; Wohl & Branscombe, 2005) ou des émotions suscitées par des événements négatifs (e.g., sympathie ; Iyer. Leach, & Crosby, 2003), sur les relations intergroupes. Dans cette lignée, nous souhaitions examiner l'effet d'une émotion morale et positive : la gratitude, une émotion générée par la perception d'avoir été la cible de la bienveillance d'autrui (McCullough, Kilpatrick, Emmons, & Larson, 2001). Au delà de ses bénéfices intra-individuels, la gratitude favorise les tendances pro-sociales, renforce les relations (Bartlett & DeSteno, 2006) et diminue l'usage des stéréotypes (Jackson, Lewandowski, Fleury, & Chin, 2001). Si les bénéfices de cette émotion ont été largement examinés dans un contexte interpersonnel (Bartlett & DeSteno, 2006), aucune étude, à notre connaissance, ne s'est intéressée à son impact en tant qu'émotion collective au niveau des rapports intergroupes. Ce travail de thèse a ainsi pour objectif d'identifier les conditions d'apparition de la gratitude collective et les effets de celle-ci sur la perception et les attitudes à l'égard des immigrés. Nous prédisions que (a) la saillance des contributions positives de l'immigration susciterait de la gratitude collective chez les membres de l'endogroupe. En retour, (b) la gratitude collective engendrerait moins de préjugés et plus de comportements positifs envers les immigrés. A cette fin, nous avons mené deux études corrélationnelles (une transversale et une longitudinale) et six études expérimentales, impliquant un total de 1913 participants. Dans ces dernières, les émotions étaient induites en manipulant plusieurs méthodes distinctes : lecture de textes, visionnage de supports vidéo, rappel d'événements historiques. Les résultats montrent que la connaissance des contributions des immigrés s'accompagne de niveaux plus élevés de gratitude collective envers les immigrés, comparée à une condition contrôle ou une autre émotion positive (e.g., joie). En retour, le ressenti de gratitude collective est associé à une réduction des préjugés, une augmentation des attitudes positives envers les immigrés et une plus forte perception de coopération entre les groupes, comparativement aux autres conditions. Les résultats mettent également en lumière le rôle modérateur de l'orientation politique sur la propension à ressentir de la gratitude collective. L'ensemble de nos résultats suggère ainsi que la gratitude collective a un effet bénéfique dans l'amélioration des relations intergroupes.