La participation associative, une nouvelle voie politique ? : du désir de politisation ordinaire : effets politiques et construction d'une citoyenneté personnalisée dans l'expérience associative parisienne
Associative participation? a new political path? : the desire of "politisation ordinaire" (ordinary politicization) : political effects and construction of a personalized citizenship in the Parisian associative experience
par Mathilde RENAULT TINACCI sous la direction de Roger SUE
Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation
ED 180 Sciences Humaines et Sociales : Cultures, Individus, Sociétés

Soutenue le Friday 07 December 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Aspect politique
  • Associations
  • Participation sociale
  • Sociologie
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Politique, Association, Engagement, Ordinaire, Désinstitutionalisation, Modernité, Individus
Resumé
L'objectif de la thèse est de démontrer que le déclin du politique et de ses institutions traditionnelles mène à un désir de politisation ordinaire aboutissant à d'autres voies d'implications sur le territoire parisien notamment pour les plus jeunes générations. L'association est l'une d'entre-elle. En nous focalisant sur le sens donné à leur implication par nos associatifs, nous verrons dans quel cas l'association devient une alternative politique. Pour ce faire nous nous intéressons au choix, à l'expérience démocratique vécue dans l'organisation, et aux effets politiques de cette dernière sur l'individu engagé comme sur son mode de vie. Le désir de politisation ordinaire peut être défini par la volonté d'un individu de se charger d'assurer et d'assumer lui-même sa trajectoire politique. Résistant à l'institué, il s'autodétermine et construit une politique sur mesure, ordinaire et quotidienne qui interroge dans un même élan rapport à soi et au monde. Revisitant les processus d'individualisation des engagements, nous nous intéressons dans cette recherche aux liens entre individus et action collective, projet de soi et de transformation sociale. Par les formes qu'elles autorisent les associations deviennent donc des réceptacles du désir de politisation ordinaire : elles participent ainsi d'une reconfiguration du politique et de l'espace public. Comme pour les sociologues de l'école de Chicago, qui concevaient le lien social en relation avec le développement urbain, Paris nous semble être un "laboratoire social" dans l'observation des transformations du lien social en ce qu'elle "amplifie, étale et affiche les manifestations les plus variées de la nature humaine". L'ensemble des associations de l'enquête sont donc implantées sur le territoire parisien, c'est à dire qu'elles y ont leur siège social ou au moins une activité. Nous avons mis en place une enquête qui triangule différentes techniques d'investigation regroupées en deux grandes phases : une phase quantitative et une phase qualitative. Nous avons pu observer douze associations parisiennes en suivi continu durant douze à seize mois, interrogé une centaine d'individus impliqués dans des associations de manière individuelle et collective (entretien semi-directif et focus group) et généralisé cela via un questionnaire (n=820). Ce dernier nous a permis de standardiser les résultats et ainsi de constater dans quel domaine, ce besoin de politisation ordinaire est le plus visible et façonné.