« L'institution suffisamment bonne ? » : à partir de la clinique quotidienne des pouponnières à caractère social
"Good enought institution ?"
par Anne-Clémence SCHOM sous la direction de Philippe ROBERT
Thèse de doctorat en Psychologie
ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Wednesday 27 June 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Garderies
  • Petite enfance
  • Sociologie
  • Soins en institutions
La thèse est confidentielle jusqu’au 27 June 2028. Pendant la durée de confidentialité, le texte intégral ne peut être consulté. 
Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Institution, Valeurs instituantes, Groupe, Quotidien, Pouponnière, Pratiques professionnelles
Resumé
Face aux mouvements actuels dits de « désinstitutionalisation » et en référence aux propositions de nombreux auteurs faisant état de la faillite des métacadres et du mal-être contemporain, cette thèse se veut une étude et une exploration de ce qui persiste et survit de l'institution au quotidien dans les établissements du soin et du travail social. À partir de la clinique des pouponnières à caractère social, considérées comme des analyseurs potentiels et pertinents, nous avons proposé dans ce travail trois visions différentes mais complémentaires de l'institution et de ce qui fait institution en et pour chacun, collectivement et individuellement. Nous proposons ainsi de penser : - L'institution-environnement - L'institution comme un groupe - L'institution et les valeurs instituantes. Dans chacune de ces déclinaisons, nous avons travaillé les articulations à l'œuvre entre les sujets et les groupes, les réalités matérielles et psychiques, les imaginaires individuels et collectifs, etc. Nous avons également tenté de proposer des dépassements de certaines oppositions conceptuelles afin de promouvoir une pensée des articulations et maintenir un raisonnement processuel. À partir d'une épistémologie principale basée sur la psychanalyse des groupes, des familles et des institutions, nous nous sommes inscrit dans une recherche clinique qualitative intégrant et analysant les implications du chercheur à/dans ses terrains d'étude. Le recueil de données a été réalisé au sein de deux pouponnières durant une période de 3 mois pour chacune, avec une présence effective de deux jours par semaine minimum. Pour chacun de ces terrains d'étude, un dispositif méthodologique original a été conçu pour allier différentes sources de données (observation participante du quotidien institutionnel, observation des pratiques professionnelles dans les unités de vie, observation des réunions institutionnelles, entretiens individuels semi-directifs avec les professionnels des différents corps de métiers, lecture et analyse de documents institutionnels). La démarche de recherche a également bénéficié des apports d'une supervision individuelle afin de dégager et d'utiliser les ressentis, attitudes et contre-attitudes du chercheur au profit du recueil et de l'analyse des données. Parallèlement aux deux terrains d'étude, cette thèse a été réalisée dans le cadre d'une Convention Industrielle de Formation par la REcherche (CIFRE) avec l'Observatoire National de la Protection de l'Enfance (ONPE, anciennement Oned). À partir de l'analyse de scènes et pratiques quotidiennes, les résultats de ce travail se veulent à la fois des apports complémentaires aux théorisations et conceptualisations déjà existantes, ainsi qu'aux pratiques de terrain déjà à l'œuvre. Si elles sont résolument ancrées dans le champ spécifique des terrains d'étude (les pouponnières et la protection de l'enfance), nous pensons toutefois que les propositions peuvent éclairer aussi avec pertinence l'ensemble des secteurs médico-sociaux.