Évaluation des troubles psychotiques à l'adolescence : plaidoyer pour une pratique de la subjectivation : étude clinique et projective des psychoses pubertaires
Assessment of psychotic functioning in adolescence : plea for a practice of subjectivation : a clinical and projective study of pubertal psychoses
par Haya SLEIMAN HAIDAR sous la direction de Franc¿ois MARTY
Thèse de doctorat en Psychologie
ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Friday 30 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Adolescents -- Psychopathologie
  • Sujet (psychologie)
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Adolescence, Méthodologie projective, Psychose pubertaire, Subjectivation, Travail du négatif
Resumé
Malgré les nombreuses études effectuées sur la question de la psychose à l'adolescence, les premières éclosions psychotiques demeurent difficilement identifiables. La diversité clinique des manifestations de rupture, comme le repli, les hallucinations, la dépersonnalisation ou certains passages à l'acte violents, est particulièrement saisissante à cette période cruciale et reflète la question même de l'incertitude liée à leurs divers destins. Les adolescents rencontrés pour cette recherche, âgés de treize à dix-sept ans et hospitalisés en service de psychiatrie, ne présentent aucun signe évocateur de psychose infantile mais leurs symptomatologies actuelles soulèvent des inquiétudes quant à leur nature psychotique et requièrent une évaluation clinique et projective. Au-delà du constat, certes majeur mais insuffisant, d'une impasse dans le processus de subjectivation, nous supposons que ces troubles correspondraient à des modalités psychotiques de traitement du pubertaire. Plus précisément, cette hypothèse sera envisagée à travers l'analyse des indicateurs d'un travail du négatif (Green, 1993), dans sa double valence organisatrice et désorganisatrice, qui permettrait d'affiner la compréhension des impasses sous-jacentes aux manifestations dites psychotiques ou psychotic-like sur le spectre qui s'étend des formes de contre-investissement transitoires aux modalités de désinvestissement les plus radicales. Le repérage de la qualité opérante des aménagements défensifs au Rorschach et au TAT fournirait autant d'éléments concernant le degré d'organisation et de souplesse du Moi, indispensables à toute tentative de réinvestissement et de relance du processus adolescent. Dans cette perspective, le dispositif même de l'évaluation clinique devrait tenter de favoriser une capacité négative (Keats, 1817 ; Bion, 1970) d'accueil de l'incertitude, une continuité réflexive et une tolérance envers une intériorité propre, conditions pour tout cheminement subjectif.