Réciprocité et expression de confiance en situation de prise de décision chez les personnes avec un Trouble du Spectre de l'Autisme (TSA)
Reciprocity and trust in decision making in individuals with Autism Spectrum Disorders at different ages
par Marina MISHCHENKO sous la direction de Sylvain MOUTIER
Thèse de doctorat en Psychologie
ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Tuesday 27 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Prise de décision
  • Troubles du spectre de l'autisme
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Prise de décision, Troubles du spectre de l'autisme, Réciprocité, Confiance, Développement, Cognition sociale
Resumé
L'enjeu de la thèse est de rendre compte de la sensibilité des personnes avec TSA aux différents niveaux de réciprocité dans un contexte virtuel de l'enfance à l'âge adulte. Pour cela, nous avons utilisé deux paradigmes (Cyberball ; Trust game) permettant de faire varier le caractère explicite du contexte social. Notre objectif est de mieux rendre compte de la capacité des personnes avec TSA à différents âges à ajuster leurs décisions au cours d'un jeu virtuel en fonction des attentes de réciprocité sociale. Dans la première étude nous examinons les capacités de discrimination entre trois profils d'interaction qui correspondent aux trois niveaux de réciprocité (coopération, équité et exclusion) ainsi que la réponse implicite et explicite des enfants, adolescents, jeunes adultes et adultes TSA face à ces attitudes. La deuxième étude réalisée chez les participants tout-venants propose de vérifier le poids de deux facteurs, tels que la motivation de gain et motivation d'appartenance sociale, susceptibles de favoriser la reconnaissance des niveaux de réciprocité et l'ajustement de son comportement. Dans la troisième étude nous testons les capacités des adolescents TSA à résister au biais explicite de nature sociale (réputation) et à adapter leur comportement conformément au niveau de réciprocité des adversaires dans un jeu économique en utilisant le paradigme bayésien. La reproductibilité des résultats en recherche sur l'autisme ainsi que l'amélioration des paradigmes existants en utilisant de nouvelles méthodes d'analyse sont discutées.