Inhibition, défixation, exploration : étude des blocages neurocognitifs dans la génération d'idées créatives
Inhibition, defixation, exploration : a study of neurocognitive biases in creative ideas generation
par Anaëlle CAMARDA sous la direction de Nicolas POIREL et de Mathieu CASSOTTI
Thèse de doctorat en Psychologie
ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Friday 06 October 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Créativité
  • Neurosciences cognitives
  • Psychologie expérimentale
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Créativité, Détection de conflit, Contrôle inhibiteur, Développement
Resumé
La créativité repose sur la capacité à générer des idées à la fois originales et adaptées aux contraintes de la tâche afin de résoudre des problèmes pour lesquels aucune solution optimale n'est connue. Toutefois, dans ce type de circonstances, les connaissances intuitives des individus ainsi que leurs stratégies habituelles de résolution de problème les conduisent à générer des solutions peu créatives aboutissant à un phénomène de fixation, alors même que d'autres classes de solutions plus originales mais moins aisément accessibles pourraient être explorées. D'après le modèle triadique de la créativité, ces effets de fixations résulteraient de l'activation rapide et spontanée d'un système 1 intuitif et heuristique, alors qu'il serait plus avantageux d'explorer d'autres solutions en utilisant les processus cognitifs d'un système 2 délibératif et analytique. Ce modèle suggère également que le processus d'inhibition cognitive appartenant à un troisième système serait la clef pour diminuer la prégnance de ces effets de fixation créée par le système 1, et augmenter l'exploration d'autres voies plus créatives appartenant au système 2. Ainsi, l'objectif général de cette thèse consistait à apporter des arguments expérimentaux en faveur de ce modèle dans une approche interdisciplinaire allant de la psychologie expérimentale du développement aux neurosciences cognitives. À travers une série de cinq études expérimentales réalisées chez les enfants, les adolescents et les adultes, nous avons démontré 1) que les effets de fixation se développent avec l'âge et sont modulables par l'introduction d'indices comme des exemples de solutions, 2) qu'il est possible de stimuler la créativité des adolescents et des adultes en changeant la représentation qu'ils ont du problème de créativité par l'intermédiaire d'un paradigme d'amorçage, 3) qu'être capable de proposer des solutions créatives en dehors de la fixation implique le processus d'inhibition cognitive et la capacité à détecter que les solutions initialement générées ne sont pas originales, 4) que cette capacité de détection de conflit se développement au cours de l'adolescence et 5) que résister aux effets de fixation implique une modulation de l'activité des réseaux cérébraux au niveau des cortex frontaux et pariétaux sous tendant le contrôle cognitif et les associations sémantiques.