Scolarisation des filles et genre : influence des rapports sociaux de sexe sur la scolarisation des filles au Niger
Girls' schooling and gender : the influence of gender relations on girls' schooling in Niger
par Aissata ASSANE IGODOE sous la direction de Marie-France LANGE et de Mahaman Sanoussi TIDJANI ALOU
Thèse de doctorat en Sociologie
ED 180 Sciences Humaines et Sociales : Cultures, Individus, Sociétés

Soutenue le Tuesday 13 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Filles -- Enseignement primaire
  • Niger
  • Éducation des filles
  • Éducation et État
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Scolarisation des filles, Genre, Enseignement primaire, Politiques publiques, Stratégies éducatives familiales, Niger
Resumé
Notre recherche analyse l'influence des rapports sociaux de sexe sur la scolarisation primaire des filles au Niger, à partir d'une enquête qualitative menée dans une région rurale et dans une région urbaine du Niger auprès d'acteurs des politiques publiques, d'enseignant-e-s et de parents. En 2015-2016, le taux brut de scolarisation primaire s'établissait à 82,1 % pour les garçons contre 70,2 % pour les filles. Cet écart de scolarisation entre les filles et les garçons est plus ou moins important selon les régions et entre les milieux urbain et rural. Dans ce contexte, les acteurs des politiques publiques tentent de promouvoir la scolarisation des filles à travers deux principales mesures institutionnelles : la mise en place des points focaux SCOFI (Scolarisation des filles) dans les inspections scolaires du cycle primaire et la création des Associations des mères éducatrices (AME). Des actions de soutien à la demande scolaire (bourses, actions de sensibilisation, alphabétisation, cours de soutien scolaire, etc.) sont aussi réalisées notamment par les partenaires au développement. Nos enquêtes révèlent que l'adhésion des parents à la scolarisation des filles repose en partie sur leurs représentations de l'influence de l'instruction sur les rôles sociaux de mère et d'épouse qu'ils souhaitent que leurs filles investissent de façon prioritaire. En ville, les parents sont favorables à la scolarisation des filles parce qu'elle permettra l'insertion économique de ces dernières et favorisera, entre autres, la participation financière des filles à leur futur foyer. L'instruction des filles est ainsi appréhendée, notamment par les hommes, comme un avantage au rôle de mère et d'épouse. Par contre, dans les villages, certains des parents enquêtés rejettent la scolarisation des filles, parce qu'ils craignent les effets subversifs de l'école sur les valeurs qu'ils souhaitent que leurs filles acquièrent. À l'école également, la scolarisation des filles est appréhendée dans une perspective de genre, car les représentations des rapports sociaux de sexe et les attitudes des enseignants et des enseignantes, tout en étant favorables à la scolarisation des filles, sont proches de celles des parents. Cette recherche souligne aussi le rôle des femmes dans la scolarisation des filles, en particulier celui des mères de famille et des enseignantes. Les mères de famille, principales actrices de l'éducation des filles, jouent un rôle prépondérant dans la scolarité de ces dernières (influence dans la prise de décision de scolariser une fille, répartition inégalitaire des activités familiales). Les enseignantes, quant à elles, sont sollicitées par les politiques publiques pour représenter des modèles de scolarisation des filles dans les milieux ruraux où les populations sont réfractaires à la mise à l'école des filles. Cependant, les jeunes enseignantes rurales, souvent célibataires, sont soumises à des injonctions contradictoires de l'administration qui leur demande à la fois de valoriser leur métier de femme instruite, tout en adoptant une attitude conforme à celle des femmes des milieux dans lesquels elles sont affectées, en affichant de la réserve et de la discrétion. De plus, les enseignantes sont parfois rejetées par les populations aux yeux desquelles elles incarnent la femme instruite, et par conséquent un modèle de féminité différent de celui recherché par certains parents pour leurs filles. C'est pourquoi la scolarisation des filles s'inscrit à la fois dans des rapports entre femmes et dans des rapports sociaux et de pouvoir entre les sexes auxquels les hommes participent. On note alors que le rôle des femmes dans l'éducation des filles et dans la reproduction des rôles sociaux de sexe est socialement et sexuellement construit, car il s'agit d'une attente partagée par les hommes.