Les relations entre la Norvège et la Russie en Arctique : regard et analyse sur une dynamique régionale à l'ère de l'Anthropocène
Relations between Norway and Russia : perspective and analysis over a regional dynamic in the Anthropocene era
par Florian VIDAL sous la direction de Thierry GARCIN
Thèse de doctorat en Sciences politiques
ED 262 Sciences Juridiques, Politiques, Economiques et de Gestion

Soutenue le Thursday 11 October 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Anthropocène
  • Arctique
  • Norvège
  • Relations extérieures
  • Russie
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Barents, Anthropocène, Arctique, Russie, Gouvernance, Norvège, Dynamique des systèmes
Resumé
Cette recherche doctorale ambitionne d'étudier et d'analyser les dynamiques fondamentales qui lient la Norvège et la Russie dans la région arctique. Sur le plan de la démarche scientifique, nous avons fait le choix de nous rapprocher du paradigme de l'Anthropocène. Aussi, cette recherche souhaite valoriser l'approche interdisciplinaire. La région de Barents est un cas pertinent en ce qui concerne les questions structurelles que notre civilisation thermo-industrielle a conduites tels que le changement climatique, la politique énergétique, la militarisation et l'épuisement des ressources. En outre, il met en évidence les intérêts croissants des puissances économiques pour la région polaire. En premier lieu, la Chine qui a établi des partenariats stratégiques dans la région, notamment avec la Norvège et la Russie. De plus, cette thèse étudie avec attention les questions fondamentales entre ces deux pays tels que la pêche, la sûreté nucléaire, les relations sur l'archipel du Svalbard ou encore la coopération transfrontalière. Elle présente et discute aussi la façon dont les deux pays ont géré et maintenu leur coopération régionale, à part des dynamiques géopolitiques mondiales. Cette dynamique bilatérale a commencé en 1993, après la Guerre froide, à travers la mise en place du Conseil euro-arctique de Barents (BEAC). Cette organisation intergouvernementale a façonné le développement régional dans le nord de l'Europe. Pendant 25 ans, les acteurs locaux de la région de Barents ont démontré leur capacité à atténuer et maintenir cette gouvernance originale. En effet, la crise ukrainienne de 2014 et l'annexion de la Crimée par la Fédération de Russie ont initié une rupture significative entre les pays occidentaux et la Russie. À la lumière de ce changement géopolitique, nous discutons de la résilience de ces relations bilatérales à mesure que le système international devient instable et perturbé. Enfin, notre objectif est d'élever une nouvelle approche méthodologique dans les relations internationales, car la dynamique du système Terre (ESD) et la dynamique des systèmes humains (HSD) semblent être sur une trajectoire de collision à travers le XXIe siècle. À cet égard, les relations entre la Norvège et la Russie, comme puissances énergétiques, ont une position très spécifique. D'une part, les deux sont d'importants fournisseurs d'énergie pour le reste du continent européen. D'autre part, à mesure que le système international subit une pression croissante provenant du système Terre, les deux pays tentent de mettre en place une stratégie durable et pertinente. Finalement, cette nouvelle trajectoire peut affecter et transformer leurs relations.