Une approche psychosociale de la protection de l'environnement : perspective temporelle et distance psychologique
Psychosocial approach of environmental' protection : time perspective and psychological distance
par Pauline VAN LAERE sous la direction de Ewa DROZDA-SENKOWSKA
Thèse de doctorat en Psychologie
ED 261 Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Friday 09 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Défenseurs de l'environnement
  • Environnement -- Protection
  • Perspective temporelle
  • Sociologie

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Comportement pro-environnemental, Distance psychologique, Évaluation d'un risque, Implication culturelle, Intention comportementale, Perspective temporelle, Préoccupation environnementale, Problème environnemental, Rapport à la nature
Resumé
Les problèmes environnementaux sont l'un des enjeux majeurs auxquels doivent faire face nos sociétés actuelles. Comprendre les déterminants des comportements de protection de l'environnement est donc important. Après avoir exposé les variables classiquement étudiées comme les variables de personnalité ou attitudinales, nous proposons deux axes de recherche adaptés à la spécificité de notre objet d'étude portant sur des risques souvent présentés comme distants. Dans le premier axe, nous soutiendrons que la capacité à se projeter dans le temps permet de lier le comportement avec ses conséquences futures pour l'environnement et devrait ainsi favoriser l'engagement pour la protection de l'environnement. Après avoir exposé le cadre conceptuel de la perspective temporelle, nous avons réalisé une revue de la littérature montrant qu'effectivement une orientation vers le futur est liée à davantage d'engagement en faveur de l'environnement. Nos études n'ont cependant pas retrouvé ce lien. Nous avons par contre montré une corrélation négative entre l'orientation vers le présent fataliste ou le passé négatif et les comportements pro-environnementaux. L'importance d'autres variables a été démontrée lors de ces expériences comme les préoccupations environnementales, le rapport à la nature et l'implication culturelle. Dans le deuxième axe, nous défendrons la posture inverse en soutenant que c'est en rapprochant la perception des risques environnementaux que l'on favorise les comportements pro-environnementaux. Après avoir présenté le cadre conceptuel de la distance psychologique et son lien avec les niveaux de construits, nous proposons deux études, l'une mesurant la distance perçue vis-à-vis des problèmes environnementaux et l'autre la manipulant. Ces études ont d'abord permis de caractériser la distance perçue vis-à-vis de différents problèmes environnementaux, ceux-ci étant perçus comme relativement proches sur toutes les dimensions à l'exception de la dimension sociale où ils sont à la fois proches et distants. Nous avons ensuite montré qu'une distance proche est associée à davantage de préoccupations environnementales, à une évaluation comme plus réels et plus graves des risques et enfin à davantage d'intentions comportementales d'agir en faveur de l'environnement. Nous conclurons ce travail en mettant nos résultats en perspective et en proposant des applications en terme de communication sur les problèmes environnementaux.