Unraveling the impact of IL1RAPL1 mutations on synapse formation : towards potential therapies for intellectual disability
Exploration de l'impact des mutations dans IL1RAPL1 sur la formation et la fonction des synapses : vers des thérapies potentielles pour la déficience intellectuelle
par Ramos Mariana sous la direction de Billuart Pierre
Thèse de doctorat en Neurosciences
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 09 October 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Déficience intellectuelle
  • Neurosciences cognitives
  • Réseaux neuronaux (physiologie)

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Déficience intellectuelle, Synapses, IL1RAPL1, Balance excitation/inhibition
Resumé
L'intégrité des synapses neuronales est primordiale pour le développement et le maintien des capacités cognitives. Des mutations dans des gènes codant pour des protéines synaptiques ont été trouvées chez des patients atteints de déficience intellectuelle (DI), qui est une maladie neurodéveloppementale ayant des conséquences sur les fonctions intellectuelles et adaptatives. Ce travail de thèse porte sur l'étude de l'un de ces gènes, IL1RAPL1, dont les mutations sont responsables d'une forme non-syndromique de DI liée au chromosome X, et sur le rôle de la protéine IL1RAPL1 dans la formation et le fonctionnement des synapses. IL1RAPL1 est une protéine trans-membranaire qui est localisée dans les synapses excitatrices où elle interagit avec les protéines post-synaptiques PSD-95, RhoGAP2 et Mcf2l. De plus, IL1RAPL1 interagit en trans- avec une protéine phosphatase présynaptique, PTPd, via son domaine extracellulaire. Nous avons étudié les conséquences fonctionnelles de deux nouvelles mutations qui affectent le domaine extracellulaire d'IL1RAPL1 chez des patients présentant une DI. Ces mutations conduisent soit à une diminution de l'expression de la protéine, soit à une réduction de l'interaction avec PTPd affectant ainsi la capacité d'IL1RAPL1 à induire la formation de synapses excitatrices. En absence d'IL1RAPL1, le nombre ou la fonction des synapses excitatrices est diminué, ce qui mène à un déséquilibre entre les transmissions synaptiques excitatrice et inhibitrice dans des régions spécifiques du cerveau. Dans le cas particulier de l'amygdale latérale, nous avons montré que ce déséquilibre conduit à des défauts de mémoire associative chez la souris déficiente en Il1rapl1. L'ensemble des résultats qui font partie de ce travail montre que l'interaction IL1RAPL1/PTPd est essentielle pour la formation des synapses et suggère que les déficits cognitifs des patients avec une mutation dans il1rapl1 proviennent du déséquilibre de la balance excitation/ inhibition. Ces observations ouvrent des perspectives thérapeutiques visant à rétablir cette balance dans les réseaux neuronaux affectés.