Neuro-angiopathie diabétique : rôle des molécules de guidance neuronale
Diabetic neuro-angiopathy : role of axonal guidance molecules
par Mantsounga Chris Sorel sous la direction de Silvestre Jean-Sébastien
Thèse de doctorat en Pathologie cardio-vasculaire
École doctorale Hématologie, Oncogenèse et Biothérapies

Soutenue le Monday 12 October 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Angiopathies diabétiques
  • Neuropathies diabétiques
  • Thérapeutique cellulaire

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Diabète, Angiopathie, Neuropathie, Éphrine-B2, Sémaphorine-3A, Thérapie cellulaire
Resumé
Le diabète, caractérisé notamment par une atteinte neuro-vasculaire, représente aujourd'hui un réel problème de santé publique. Cependant plus de 30% des patients, ne peuvent bénéficier des traitements actuels (chirurgie et pharmacothérapie) d'où, la nécessité de développer de nouvelles approches thérapeutiques innovantes. L'objectif de ce travail a été de caractériser un modèle murin de neuro-angiopathie diabétique, représentatif de la pathologie humaine puis, d'évaluer les effets des molécules guidance neuronale dans la récupération de la fonction neuro-vasculaire. Dans un premier temps, nous avons mis en place un modèle et des techniques exploratoires de l'étude de la fonction neuro-vasculaire chez les souris diabétiques. Nous avons observé que suite à l'ischémie du membre inférieur, la revascularisation est altérée chez les animaux diabétiques par comparaison aux animaux non-diabétiques. A ce défaut de la fonction vasculaire, s'ajoute également un défaut de la fonction nerveuse. En effet, les paramètres électrophysiologiques, le flux sanguin nerveux, le nombre de capillaires dans le nerf sciatique et la régénération nerveuse sont fortement impactés chez les animaux diabétiques. Afin de palier au défaut de revascularisation et/ou de régénération nerveuse, nous avons proposé que le ciblage thérapeutique des molécules de guidance neuronale, éphrine-B2 et Sémaphorine-3A (Séma-3A) améliorerait la fonction neuro-vasculaire. Après ischémie, les cellules mononuclées du sang périphérique (CM-SP) provenant de patients diabétiques ou de sujets contrôles, traitées préalablement avec l'éphrine-B2/Fc, ont été ensuite injectées aux animaux diabétiques. Une nette amélioration de la revascularisation a été observée dans les groupes d'animaux traités avec l'éphrine-B2/Fc par rapport aux animaux non-traités ou traités avec des CM-SP non stimulées. Enfin, nous avons administré un inhibiteur de Séma-3A, SM-345431 (Vinaxanthone) à des animaux contrôles et diabétiques après ischémie du membre inférieur. Ce qui nous a permis de montrer que cette inhibition améliore significativement la revascularisation et régule notamment la voie de signalisation des MAPK, Erk1/2 et p38 ainsi que, les niveaux de VEGF et de TGF-β1. Dans l'ensemble, l'effet sur la fonction nerveuse périphérique n'a pas montré de différences majeures entre les groupes traités et non-traités. En somme, nos travaux ont permis de montrer que la thérapie cellulaire utilisant les CM-SP stimulées avec l'éphrine-B2/Fc, ou bien l'injection intramusculaire d'un inhibiteur de Séma-3A, à visée pro-angiogénique et/ou pro-neurorégénérative, apparaît comme une stratégie prometteuse et susceptible d'améliorer la qualité de vie des malades atteints de diabète.