Étude du fonctionnement psychique de femmes en protocole FIV suite à l'hypofertilité du conjoint : une recherche clinique en contexte culturel égyptien
A study of the psychological functioning of women in an IVF protocol following spouse's subfertility : a clinical research in the Egyptian cultural context
par Labib-Sami Shams sous la direction de Missonnier Sylvain
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Tuesday 22 September 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Femmes -- Psychologie
  • Fécondation in vitro
  • Stérilité masculine
  • Égypte

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Culture égyptienne, Hypofertilité masculine, Fécondation in vitro homologue, Femmes, Famille, Fonctionnement psychique, Conflit psychique, Complexe d'Oedipe, Symptomes de dépression
Resumé
Cette recherche clinique vise à explorer le retentissement de l'hypofertilité masculine et de la fécondation in vitro (FIV) sur le fonctionnement psychique des épouses dans le premier centre de consultation FIV en Egypte (1986), en contexte culturel égyptien. Près de 60% des couples qui consultent au Centre FIV présentent le diagnostic d'infertilité d'origine masculine. Nous nous intéressons à comprendre ce qui constitue la spécificité du fonctionnement psychique de ces femmes dans ce contexte culturel où l'infertilité masculine est une pathologie taboue, suscitant la honte familiale, et où seule la FIV homologue- utilisant les gamètes d'un couple marié- est autorisée par la loi. La première hypothèse renvoie à l'existence d'une souffrance psychique chez l'épouse liée au maintien du secret de l'hypofertilité masculine. La seconde hypothèse suppose que le diagnostic et les traitements médicaux sont accompagnés chez l'épouse d'une idéalisation oedipienne de ses propres parents. Notre échantillon est composé de dix femmes âgées de 20 à 40 ans inscrites dans un protocole FIV. Sur le plan méthodologique, nous nous sommes basés sur des entretiens de recherche semi-directifs et sur l'inventaire abrégé de dépression de Beck BDI-13. L'analyse des résultats met en évidence la présence chez les épouses d'un discours de plainte adressé envers leurs conjoints, en même temps que l'expression d'une idéalisation de leurs propres parents. La présence de symptômes de dépression variables est relevée dans l'échantillon. Enfin, la manière dont les femmes s'approprient subjectivement l'expérience de la FIV est un indicateur pertinent de leur équilibre psychique. Pour conclure, cette étude se veut être une recherche-action visant à mettre en place un dispositif clinique au service des femmes et des couples dans une institution médicale, et qui soit adapté à ce contexte culturel particulier.